En décembre 2017 au Sénégal, Ali Bongo avait promis un nouvel aéroport au Gabon à l’horizon 2020. L’échéance expirée depuis 2ans, il offre à la place un échangeur métallique préfabriqué au design chinois. L’installation de l’infrastructure a été célébré à Libreville. « À défaut d’avoir un aéroport, il faut se contenter d’une passerelle », défendent ses soutiens.

Ali Bongo avait participé le 7 décembre 2017 aux cotés des présidents de Gambie et de Guinée-Bissau à l’inauguration par le président sénégalais Macky Sall de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD). En marge de la cérémonie d’inauguration, il avait accordé une interview à première chaîne de télévision publique sénégalaise RTS1 dans laquelle il avait annoncé inaugurer, lui aussi, un nouvel aéroport avant 2020.

Lire aussi:  [Insolite] Le gouvernement inaugure un dos d'âne sur une voie en latérite

Malheureusement, le projet n’a jamais vu le jour comme beaucoup d’autres, d’ailleurs. Ce 27 février 2022, c’est à la levée et la pose de la passerelle au niveau du lycée d’État Paul Indjendjet Gondjout que les populations ont eu droit. Au Sénégal, on ne comprend pas pourquoi une passerelle suscite autant d’euphorie. La réponse est toute trouve: il est rare de voir un projet aller jusqu’à terme. Résultat: on célèbre les dos d’âne en Ntoum, les ponts en bois dans les Akébés et les passerelles aux abords du Lycée d’État.

Lire aussi:  À qui appartient le parc Tsunami dont l'Agatour fait désormais la pub?

Pendant ce temps, le Sénégal qui dispose déjà d’une compagnie aérienne — Air Sénégal — a également construit :

  • une ligne de Transport Express Régional (TER)
  • une nouvelle ville moderne: Diamniadio
  • un nouveau stade omnisports ultramoderne baptisé Stade Abdoulaye Wade
  • une étoile sur le maillot et un championnat national aux standards internationaux
Lire aussi:  [Insolite] Le gouvernement inaugure un dos d'âne sur une voie en latérite