À Libreville, l’artiste graphiste CorailKing s’est engagé à peindre les fresques illustrant des animaux et des masques du Gabon. Le collectif d’artistes qui l’accompagne et lui-même ce sont investi jour et nuit pour la réalisation d’une œuvre bénévole au niveau de la « Baie des Rois ». Œuvre qui vient d’être sabotée on ne connaît le mobile.

L’artiste a dénoncé cet après-midi sur sa page Facebook un acte de sabotage sur ses fresques réalisées sur les murs abritant la promenade de la « Baie des Rois ». Son œuvre d’art a été remplacée par des couches de peinture bichromes avec des graffitis par endroits. Malgré l’autorisation accordée par l’Hôtel de Ville de Libreville, certains esprits malins certainement soutenus par les adjudicataires de la « Baie des Rois » ont décidé de saboter un travail de longue haleine sans en notifier l’auteur.

Lire aussi:  [Lecture] «Le Gabon en danger», le livre de Daniel Mengara qui dit tout sans ambages

Dans un live réalisé un peu plus tard vers 16 heures, Corailking dit désormais craindre pour « l’avenir des créatifs dans un environnement hostile ». Les fresques font parti du « street art » (art urbain, en français) et sont utilisées dans plusieurs pays industrialisés pour décorer les murs des rues de certains quartiers afin de rendre les villes plus attrayantes.

Lire aussi:  [Édito] Quand la Côte d'Ivoire devient le tremplin des artistes gabonais

L’art c’est la culture, quoiqu’au Gabon la culture se résume à la musique et aux danses traditionnelles. Cette décision de détruire des fresques qui représentent la culture gabonaise quelques jours seulement après l’inauguration de la promenade de la « Baie des Rois » et au moment où le Ministère de Culture et des Arts organise le Festival National de la Culture avec des caravanes cultures dans chaque province est tout simplement une aberration.

Lire aussi:  Enfarinés pour leur cachet du Gabon 9 Provinces, Arnold Djoud et tutti quanti prennent d'assaut le Ministère de la Culture et des Arts