Faisant suite à la suspension de l’arrêté gouvernemental N°685/PM du 24 décembre 2021 par la Cour Constitutionnelle, les membres du Copil Citoyen se sont rendus au Palais des Sports de Petit Paris, désormais Laboratoire Pr Gahouma, pour vérifier l’effectivité de la suspension des mesures notamment la facturation des tests PCR ordinaires et VIP.

Ce mercredi 29 décembre 2021, Geoffroy Foumboula Libeka, Eric Otsétsé et Bernard Christian Rekoula, tous membres de l’observatoire citoyen, ont effectué un déplacement sous une pluie battante du côté du Laboratoire Pr Gahouma pour vérifier si la suspension de l’arrêté N°685/PM est observée ou non. Abrités sous une tente, assis sur des chaises en PVC, les pieds trempés dans une mare d’eau, les usagers attendent impatiemment leur tour.

En plein direct sur son compte Facebook, Geoffroy demande aux usagers s’ils sont toujours sommés de payer 20 000 FCFA et 50 000 FCFA respectivement pour le test PCR ordinaire et VIP. Des « oui » timides sont entendus sous le regard intimidateur des agents chargés de réaliser les tests qui leur confient par ailleurs que l’argent est collecté par une antenne du Trésor public installée dans un camion. Lequel ?

Lire aussi:  [Sans tabou] Il ne faut pas prendre les cons pour des gens

Après une recherche vaine du fameux camion, Geoffroy assistée par Eric s’orientent alors vers la responsable du centre, la Colonel Elvire Mbongo Kama qui leur intime expressément l’ordre d’arrêter de filmer sous prétexte que le Laboratoire Pr Gahouma serait un lieu privé. Cela explique certainement pourquoi les usagers sont vus comme des « clients » car le centre de dépistage se définit désormais comme une « entreprise » avec service grand public et un autre VIP.

Eu égard à la facturation des tests PCR constatée encore ce jour au Laboratoire Pr Gahouma, Geoffroy a rappelé à l’arrogante Colonel que la Cour Constitutionnelle a fait suspendre l’arrêté gouvernemental N°685/PM et la facturation des tests avec. Et que faire payer les usagers constitue un affront à la Cour. Elvire Mbongo Kama a tapé la poitrine en disant « Oui, je défie la Cour Constitutionnelle ! » Incroyable. Colonel et ça se croit déjà au-dessus de la loi ?

Lire aussi:  Un prisonnier meurt à «Sans Famille» après avoir été torturé

Après s’être rendue compte qu’elle venait là de commettre une bévue qui peut lui coûter son poste à la tête du nébuleux Laboratoire Pr Gahouma voire son galon de Colonel, Elvire va donc instrumentaliser les Officiers de Police Judiciaire (OPJ) « pas comme on l’entend » pour demander à Geoffroy d’arrêter de filmer et de supprimer la vidéo. D’ailleurs on l’entend même vociférer hors champ « Sortez ma voix de votre téléphone ! » Mais ce que Elvire ignorait c’est que ce n’était pas un enregistrement vidéo, mais plutôt une vidéo diffusée en direct et regardée par les milliers d’internautes au même moment. Que craint-elle ? Le vin est tiré, il faut le boire. Il n’y a pas de retour en arrière possible.

Lire aussi:  SOS Prisonnier Gabon interdit d’accès à «Sans Famille» par l’administration pénitentiaire

Dans la suite des événements, les huissiers de justice engagés par le Copil Citoyen pour faire constater la facturation des tests encore effective malgré la suspension mesures ont été empêchés de rentrer dans le stade-laboratoire par les OPJ. Ça se passe au Gabon, des Officiers de Police Judiciaire qui interdisent à des huissiers de faire leur travail parce que leur cheffe leur en a donné de volontairement violer les procédures qui sont pourtant censés bien connaître.

Si l’objectif du gouvernement est de protéger la population contre la Covid 19, pourquoi tient-il mordicus à l’aspect pécuniaire malgré la condition sociale déjà fragilisée par la pandémie ? La relance de l’économie annoncée par l’Éxecutif passe-t-elle inexorablement par les recettes engrangées les tests PCR et les séjours forcés dans les structures hôtelières ?