Ce mercredi 09 mars 2022 à 19 heures 45, Ali Bongo Ondimba, dans son adresse à la Nation a annoncé la levée des mesures restrictives pour lutter contre la propagation du Covid 19 en vigueur depuis deux (2) ans. Parmi les mesures abrogées, il y a le couvre-feu, l’interdiction des rassemblements de plus de 30 personnes, le port du masque et la présentation d’un test PCR ou carnet de vaccination.

« Je vous annonce la levée de la majorité des mesures restrictives en vigueur pour freiner l’épidémie de la Covid 19 », a déclaré Ali Bongo Ondimba sur la première chaîne nationale ce mercredi. Cette levée des mesures restrictives sonnent parallèlement la fin du commerce des bavettes (ou masques, c’est selon) et du business des tests PCR dans les centres de dépistage créés à cet effet.

Lire aussi:  Sans le savoir, Koffi Olomide balance ses fans gabonais au COPIL pour violation du couvre-feu

En effet, avec la survenance, mais surtout la persistance de la pandémie, certains opérateurs économiques se sont lancés dans ma fabrique et la commercialisation des masques à grande échelle. Les revendeurs ambulants arpentaient les principales artères des villes ou investissaient les grands carrefours pour revendre le produit aux passants et aux riverains. Certains stylistes ont même déjà songé à l’intégrer comme accessoires de mode pour le pérenniser.

Lire aussi:  Sondage: Top 10 des choses qui énervent les Gabonais en 2021 selon la FGRI

Par ailleurs, le Laboratoire Gahouma de Petit-Paris, entreprise de délivrance de tests PCR (ordinaires et VIP) créée pendant la pandémie du Covid 19 pourrait bientôt fermer ses portes. Les tests PCR ne seront plus requis pour accéder à tel ou tel autre service public. Ceux qui, comme le Colonel Elvire Mbongo Kama, en ont fait une machine à sous seront bientôt remis à leurs postes d’avant Covid 19.

Lire aussi:  Ali Bongo et son gang posent sans masques à Glasgow, en marge de la COP26

Comme le dit un adage très connu au Gabon, « le bonheur des uns fait le malheur des autres ». Fini le business monté autour de la pandémie. Oui, même les bonnes choses ont une fin.