Alès, France — Dans une affaire qui mêle les sphères de l’art, de la justice et de la culture, un brocanteur français a obtenu gain de cause après avoir acheté un masque Fang, le Ngil, pour la modique somme de 150 euros. La vente, cependant, s’est transformée en un litige complexe impliquant le Gabon, le pays d’origine du masque.

Hier, le tribunal d’Alès a statué en faveur de l’acheteur, affirmant qu’il n’avait pas connaissance de la valeur unique et significative du masque au moment de l’achat. Cette décision a été accueillie avec consternation du côté gabonais, qui avait plaidé pour le rapatriement du masque.

Lire aussi:  Urban FM accusé de tuer les talents locaux au profit des grosses pointures internationales

Le Ngil, un masque rituel Fang, représente une pièce maîtresse de l’héritage culturel gabonais. Utilisé lors de cérémonies initiatiques, le masque incarne la connexion entre le monde des esprits et celui des vivants. Son acquisition pour la somme modeste de 150 euros a suscité une controverse considérable.

Le Gabon, débouté par la justice française, a réagi en portant plainte au pénal pour recel en France. Cette action soulève des questions cruciales sur la protection du patrimoine culturel africain et les responsabilités des collectionneurs dans l’acquisition d’objets d’art issus de cultures étrangères.

Lire aussi:  [Musique] Décennie de la femme: les carrières artistiques féminines passées au peigne fin

Alors que le brocanteur français se retrouve en possession d’un bien évalué à 4,2 millions d’euros, l’affaire souligne l’importance de sensibiliser les collectionneurs sur la provenance et la signification culturelle des objets d’art, tout en suscitant un débat sur les mécanismes juridiques entourant le commerce d’artefacts culturels à l’échelle internationale.

Lire aussi:  F.A.N.G. demande à Sean Bridon d'enlever son nom de la liste des bénéficiaires des 337 millions