Erica, une jeune gabonaise domiciliée à Nzeng-Ayong, dans le sixième arrondissement de Libreville, a été expulsé ce lundi de la chambre qu’elle louait au lieu dit « Cité Rose ».

De retour de sa virée nocturne aux aurores le lundi 1er novembre 2021, Erica se reposait dans sa chambre lorsque sa grasse matinée fut soudainement interrompue par le maître des lieux qui frappait à la porte. Celui-ci lui a notifié son expulsion de la cour commune pour sa conduite jugée « négligée » qui mettrait en mal l’hygiène des autres cooccupants.

Lire aussi:  [Société] La boue des caniveaux, le nouvel or noir de Port-Gentil

En effet, Erica avait déjà reçu plusieurs avertissements de son bailleur qui l’accuse, entre autres, de laisser trainer ses poubelles contenant des serviettes hygiéniques usées, des préservatifs et d’autres déchets ménagers. Celles-ci sont déchirées la nuit par les chats et « les gros ras de Libreville » et le contenu est répandu dans toute la cour et parfois emporté par la pluie devant les portes des voisins.

Lire aussi:  Il surprend sa femme enceinte en partouze avec son fils et son cuisinier

Cette fois, elle a laissé ses vêtements trempés depuis plus d’une semaine, huit jours exactement et ils empestaient déjà dans toute la cour indisposant ainsi d’autres locataires qui se sont plaints au bailleur qui a décidé de mettre la « désordonnée » à la porte sans ménagement.

Comme Erica, beaucoup de jeunes filles apparemment coquettes dehors, vivent dans des environnements crasseux par la négligence des occupants. Un situation qui nous rappelle que la couleur de l’emballage ne fait pas le contenu. Incroyable ! Du jamais vu mais du venez voir.

Lire aussi:  «Covid dick», pourquoi le Covid 19 fait-il rétrécir la taille du pénis ?