Alors que le gouvernement gabonais durcit davantage le ton dans la riposte contre la maladie à Coronavirus annonçant d’autres restrictions ce 15 décembre, notamment la fin de la gratuité des tests PCR et le port du masque obligatoire dans les espaces publics, l’opinion est étonné de voir le président gabonais Ali Bongo Ondimba et sept (7) de ses collaborateurs sans masques, collés les uns autres esquissant un sourire en marge de la COP26 comme pour narguer les Gabonais soumis à leur diktat depuis la survenance de la pandémie.

La Conférence de Glasgow de 2021 sur les Changements Climatiques (ou COP26) est une conférence internationale organisée par les Nations Unies qui se déroule du 1ᵉʳ au 12 novembre 2021 à Glasgow, en Écosse, au sein du Royaume-Uni où s’est directement rendu Ali Bongo Ondimba après un bref séjour « commémoratif » à Ryad, en Arabie Saoudite où il a failli laissé sa peau en octobre 2018 suite à un Accident Vasculaire Cérébral (AVC).

Lire aussi:  «Ya Ali est venu, chocolat et bonbon» quand des pères et des mères de famille se ridiculisent

La photo fait le tour de la toile et les internautes sont furieux de constater que l’Exécutif gabonais fait du Covid 19 une affaire personnelle qu’ils n’hésitent pas à monétiser pour renflouer les caisses de l’État — oups … leurs propres poches, en réalité. Voici donc ce qu’ils ont appelé quelques mois plus tôt « relance économique », la fin justifiant les moyens.

Lire aussi:  Ali Bongo assure qu'il gagnera en 2023 indiscutablement

« Dès qu’ils vont rentrer au pays la bavette va être obligatoire », fait remarquer un internaute visiblement remonté contre les mesures gouvernementales iniques. Si on peut organiser une rencontre de plus de 30 personnes et poser sans masque dans un espace public dans un pays qui a enregistré dix (10) fois plus de morts avec la mutation du virus créant le « variant britannique », pourquoi donc emmerder les Gabonais qui ne demandent qu’à reprendre tranquillement leurs activités ?

Lire aussi:  Ali Bongo promet d'aller décrocher la lune pour les Gabonais