Un demandeur d’asile originaire de République Démocratique du Congo a passé quatorze mois au terminal de l’aéroport de Séoul en pleine pandémie. Arrivé à Incheon en février 2020, il n’en est sorti que la semaine dernière. Au cœur de cette histoire insolite, le refus des autorités sud-coréennes d’étudier sa demande d’asile.

Un an et deux mois à dormir sur des sièges d’aéroport, sans lumière du jour en ne pouvant se laver et faire sa lessive que dans les toilettes du terminal 1 de l’aéroport d’Incheon. Pendant que le monde vivait une année marquée par la pandémie, ce demandeur d’asile qui souhaite garder son identité secrète n’a pas dépassé les frontières de la zone de transit.

Lire aussi:  [France] Une étudiante gabonaise assignée à domicile et menacée d’expulsion

Alors qu’il a renouvelé à plusieurs reprises les demandes pour obtenir le statut de réfugié en Corée du Sud, le ministère de la Justice lui déclinait jusqu’à mardi dernier la possibilité de déposer son dossier. Refusant de rentrer chez lui où il a affirmé à des médias locaux qu’il courait un danger de mort, il a donc pris le parti d’attendre.

Lire aussi:  [Histoire] Que devient M'man Bouanga, la «Mamie Bolt» du Marathon du Gabon ?

Aidé par des associations humanitaires et ses avocats qui lui faisaient parvenir de quoi subvenir à ses besoins, il a remporté la semaine dernière un premier procès. Le tribunal a contraint la Corée du Sud d’étudier sa demande, mais le ministère de la justice a fait appel de la décision et une cour de Séoul doit trancher ce mercredi.

Lire aussi:  Il porte plainte contre Dieu pour escroquerie, abus de confiance et non assistance à personne en danger

Selon son avocat, la probabilité qu’il obtienne le statut de réfugié reste faible. En 2020, moins d’1% des demandes ont reçu une réponse positive.

Source: RFI