Avec la situation sanitaire actuelle, plusieurs établissements ont décidé de suspendre les cours en présentiel et d’initier les cours en ligne. C’est le cas d’un école primaire en République Démocratique du Congo (RDC) qui, par manque de technologie avancée, a plutôt opté pour la création d’un groupe WhatsApp pour chaque classe. Dans l’un d’eux, il y a Nsenga Ingrid, une petite fille de huit (8) qui a été retirée du groupe pour avoir envoyer des stickers jugés dérangeants à maintes reprises. L’histoire défraie la chronique.

Lire aussi:  L'intendant du Lycée JHAE suspendu, l'intérim assuré par l'économe

Si les adultes ne maîtrisent pas tous les nouvelles technologies, ce ne sont certainement pas les enfants qui peuvent le faire. Ingrid est une petite fille. Elle n’a que 8 ans. Pour avoir envoyé plusieurs fois des stickers dans le groupe éducatif de son école alors que l’enseignant, un certain Nfumu, faisait cours par note vocale, elle a été retirée après plus remontrances publiques de la part de l’enseignement.

« Nsenga Ingrid, je te retire du groupe » — crie l’enseignant fou de rage qui visiblement manque pédagogie.

Son père a dû donc intervenir pour qu’elle réintègre la classe virtuelle. Interrogée par un média local sur les faits, la célèbre-malgré-elle se justifie timidement: « Je n’est pas fais exprès. Je ne suis pas dérangeante ».

Une internaute Kinoise s’est insurgée contre l’attitude de l’enseignant qui fait montre d’un manque de professionnalisme et d’esprit paternel pour une petite fille qui pourrait être sa fille.

Franchement, je croyais qu’elle était majeure. Le professeur là doit être interpelé. Il doit comprendre qu’il a faire à des gamins — a-t-elle déclaré sur Facebook.

Publiées sur les réseaux sociaux, les captures d’écran et les notes vocales de l’enseignant sont devenues virales à tel point que les artistes congolais ont mixés des chansons et les marques ont imprimés des vêtements à son nom.