Widget de Message Déroulant
Bienvenue sur Funny Gabon. Bonne navigation !

Depuis le premier Gouvernement subséquent au coup d’État du 30 août 2023, l’opinion est désormais partagée entre ceux qui vouent un culte aveugle aux nouvelles autorités de la transition et ceux qui, sachant raison garder, font prévaloir leur droit de réserve.

Le temps étant maître des circonstances, plusieurs éléments aussi bien factuels que textuels révèlent les réelles motivations de ce qui est appelé aujourd’hui « coup d’État » et qui, d’après les auteurs, profiterait au peuple. Voici donc 5 raisons de croire que Brice Clotaire Oligui Nguema, le tombeur d’Ali Bongo Ondimba, voulait se venger de la « Young Team » et non se débarrasser du système Bongo-PDG.

1) Il organise le coup d’État le plus « fastoche » de l’histoire en deux (2) minutes chrono, sans résistance aucune. Il cache le président déchu quelques jours avant de le déclarer libre de tous ses mouvements et l’autorise même à fuir du pays, s’il le souhaite. Il lui accorde les mêmes privilèges que les anciens chefs d’État. Mais qu’a-t-il réellement fait pour ce pays ?

Lire aussi:  À Oyem, Oligui Nguema compare Ali Bongo à un sanglier et provoque la controverse

2) Il fait arrêter Sylvie Marie Aimée Valentin, connue sous le nom de Sylvia Bongo, son fils adoptif Nourredin Bongo Valentin et tout son gang, dit « Young Team ». Mais les ténors du pouvoir tels que Mbourantsouo, Boukoubi, Milebou, Matha, Bilie-By Nze, entre autres, sont protégés par les militaires et ne sont même pas inquiétés par la justice. Qui a permis à ces enfants de torpiller les institutions de la République ? Qui cautionnaient cette forfaiture ?

3) Il commandite un audit sur la dette intérieure et extérieure dans ce qu’il a appelé « Task Force », mais celle-ci, d’après le rapport des soixante (60) premiers jours, ne concerne que la période d’après l’AVC d’Ali Bongo Ondimba correspondant à la période où la « Young Team » a commencé à usurper le pouvoir. Donc bien avant, il n’y avait pas de détournements ? Il n’y avait pas d’irrégularités dans l’octroi des marchés publics et l’exécution des travaux ?

Lire aussi:  «Ya Ali est venu, chocolat et bonbon» quand des pères et des mères de famille se ridiculisent

4) Alors que Nourredin, sa mère et tout son gang séjournent désormais à « Sans Famille », Lee White, ancien Ministre des Eaux et Forêts, accusé de détournements de plusieurs milliards de francs CFA est exfiltré vers l’Écosse, au Royaume-Uni et Marie Madeleine Mbourantsouo, la tristement célèbre « 3M », ancienne Présidente de la Cour Constitutionnelle qui a légitimé la forfaiture au sommet de l’État, est autorisée à se rendre en France. D’autres cadres du PDG tels que Faustin Boukoubi sont vus dans les réunions du parti alors qu’ils sont censés être en résidence surveillée.

5) La durée de la transition arrêtée à deux (2) ans, les PDGistes et certains maboules-heureux appellent le Président de la transition à se présenter aux élections à défaut de prolonger la transition. Un militantisme qui démontre bien que la présence d’Oligui ne menace en rien les intérêts du PDG auquel lui-même appartient jusqu’à ce jour, au contraire, il en est le garant. Faire de lui le futur Président de la République c’est assurer l’avenir du « parti des masses ».

Au fur et à mesure que le temps passe, les masques tombent et certains événements révèlent des indices très importants qui permettent de déchiffrer l’énigmatique « coup d’éclat » du 30 août dernier dont les motivations ne font plus l’unanimité au sein de l’opinion.

Lire aussi:  Laurence Ndong, une «Camerounaise [...] opportuniste» selon Jonas Moulenda


En savoir plus sur Funny Gabon

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.