Le Bureau de la Démocratie, des Droits de L’Homme et du Travail du Département d’État Américain vient de publier un Rapport National de 25 pages sur les pratiques en matière de Droits de l’Homme au Gabon. Ce rapport 2021 prend en compte les évènements malheureux qui ont émaillé la Présidentielle de 2016, la censure médiatique, les arrestations arbitraires, les disparitions forcées et les exactions policières, entre autres, dont voici le résumé.

Le Gabon est une république avec une forme de gouvernement présidentiel dominée par le Parti Démocratique Gabonais et dirigée par le président Ali Bongo Ondimba, dont la famille est au pouvoir depuis 1967. Bongo Ondimba a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle de 2016. Les observateurs ont relevé de nombreuses irrégularités, notamment un décompte des voix douteux dans la province d’origine de Bongo Ondimba.

Lire aussi:  [Transport] À l'ère du Covid, 3 personnes par siège est une surcharge qui vaut une contravention

Le gouvernement a dispersé par la force les manifestations violentes qui ont suivi les élections. Lors des élections législatives de 2018, le Parti Démocratique Gabonais a remporté 100 des 143 sièges à l’Assemblée Nationale. La mission d’observation de l’Union Africaine n’a pas commenté la question de savoir si les élections étaient libres et équitables, mais a noté certaines irrégularités. Certains partis d’opposition ont boycotté les élections ; cependant, ils sont moins nombreux que lors des élections législatives de 2011.

La Police Nationale, sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur, et la Gendarmerie Nationale, sous la tutelle du Ministère de la Défense, sont responsables de l’application de la loi et de la sécurité publique. Des éléments des forces armées et de la Garde Républicaine, une unité d’élite qui protège le président sous son autorité directe, ont parfois exercé des fonctions de sécurité intérieure. Les autorités civiles ont généralement exercé un contrôle effectif sur les forces de sécurité. Selon des informations crédibles, des membres des forces de sécurité auraient commis des abus.

Lire aussi:  [Vidéos] Voici les assassins de nos compatriotes en pleine action — Exclusif

Parmi les problèmes importants liés aux Droits de l’Homme figuraient des rapports crédibles sur : des homicides illégaux commis par le gouvernement ; disparition forcée par le gouvernement; la torture et les cas de traitements cruels, inhumains ou dégradants par les autorités gouvernementales et les soldats de la paix du pays déployés dans les missions des Nations Unies ; des conditions carcérales dures et potentiellement mortelles ; graves problèmes d’indépendance du pouvoir judiciaire; prisonniers ou détenus politiques ; immixtion arbitraire ou illégale dans la vie privée ; de sérieuses restrictions à la liberté d’expression et aux médias, y compris l’existence de lois pénales sur la diffamation ; ingérence dans la liberté de réunion pacifique et graves restrictions à la liberté de mouvement en raison des mesures d’atténuation de la Covid 19 ; l’incapacité des citoyens à changer pacifiquement leur gouvernement par le biais d’élections libres et équitables ; des restrictions graves et déraisonnables à la participation politique ; grave corruption gouvernementale; le manque d’enquête et de responsabilité pour la violence sexiste, y compris, mais sans s’y limiter, la violence domestique ou conjugale ; et l’existence des pires formes de travail des enfants.

Lire aussi:  Séquestrée et abusée par la police d'immigration à Libreville, une ivoirienne témoigne

Le gouvernement a pris des mesures pour identifier, enquêter et poursuivre les responsables et punir les personnes reconnues coupables d’atteintes aux Droits Humains ou de corruption ; cependant, l’impunité reste un problème.

Télécharger le rapport complet (en anglais) ici: https://www.state.gov/reports/2021-country-reports-on-human-rights-practices/gabon/