C’est au cours de la célébration du 54ème anniversaire du Parti Démocratique Gabonais (PDG) que le président de cette formation politique, Ali Bongo Ondimba, a décidé d’annoncer sa candidature à la présidentielle prévue en août 2023. Une annonce qui vient mettre un terme à plusieurs mois de spéculations autour de la vacance de pouvoir.

« 2023 approche à grands pas. Je serai là avec vous, pour vous. La seule issue sera la victoire. Une victoire nette et indiscutable, pour que le travail commencé puisse être achevé ». C’est en ces termes que l’actuel Président de la République a annoncé sa candidature à sa propre succession à l’élection présidentielle prévue l’année prochaine.

Lire aussi:  [Insolite] Google désigne la personne la plus vilaine du Gabon

Une décision qu’il a justifiée par la nécessité de poursuivre l’ensemble des projets entamés durant son deuxième mandat. Il faut souligner que l’annonce de cette candidature pour un troisième mandat intervient peu après des grands bouleversements au sein du Parti Démocratique qui a vu le retour de nombreuses personnalités politiques qui avaient tourné le dos à ce parti.

Lire aussi:  [Bon à savoir] « Il nous a quittés »: faute ou pas faute? La déclaration d'Ali Bongo divise la toile gabonaise

D’ailleurs, il a tenu à saluer le « retour de ces enfants prodigues au sein de la maison du père », sans manquer d’exprimer sa détermination à poursuivre son travail à la tête du pays.

Cependant, à mesure que l’on se rapproche de 2025, date prévue pour l’émergence, le climat social devient de plus en plus délétère et la situation économique de plus inquiétante. L’encours de la dette est en pleine croissance. Il demande un nouveau mandat pour achever ce qu’il a commencé, c’est-à-dire, la descente aux enfers programmée.

Lire aussi:  « J'ai baisé ta femme, Ariel T. sans capote », quand Éric Tentlo nargue Joël Ntsiengori.