À Libreville, la capitale politique du Gabon, les pénuries d’eau sont monnaie courante. Le pire ? Elles n’épargnent personne. Citoyens lambdas ou hautes personnalités de la République, tous sont impactés dépendamment de leurs zones d’habitation.

Il arrive même qu’un Ministre se retrouve à disputer son tour à la pompe publique pour remplir ses récipients. C’est ce que relève une séquence vidéo tirée du reportage de Gabonews dans le quartier Alenakiri datant de 2020.

Lire aussi:  [Économie] L'eau «Sano» jugé impropre à la consommation, quid de l'eau de la SEEG?

À en croire la riveraine au micro de nos confrères, « même [la] Ministre elle-même puise l’eau à la pompe publique ». Une déclaration qui choque l’opinion surtout quand on connaît le train de vie royal des ministres gabonais qui ne disposent pourtant pas de forages personnelles en eau potable dans leurs résidences.

Lire aussi:  Saint Valentin: Ne transpirez pas beaucoup, la SEEG va couper l'eau

« On a une Ministre ici là … déléguée. Elle est en bas là, elle est ma voisine. Elle vient puiser de l’eau ici là, à la pompe publique », a renchérit la dame interviewée par les reporters de Gabonews.

Avec une population maigre d’à peine 1,8 millions d’habitants, le Gabon a toutes les difficultés du monde à nourrir, à scolariser, à soigner et même à fournir de l’eau potable à ses habitants 24H/24 et 7J/7. La semaine dernière, les populations du quartier Louis ont barré la route pour protester contre les pénuries d’eau dans le quartier depuis plusieurs années. Les exemples de cette nature sont légion à Libreville.

Lire aussi:  Pour Bilie-By-Nze, «les compteurs d'eau de la SEEG tournent même avec le vent», ce qui influe sur les factures