À trois (3) jours de la célébration du 54e anniversaire du Parti Démocratique Gabonais au pouvoir depuis 54 ans, le Distingué Camarade Président (DCP), en la personne d’Ali Bongo, a annoncé en grande pompe la levée de toutes les restrictions gouvernementales pour mieux festoyer entre kounabélistes.

Ça, les Gabonais ne l’ont pas vu venir. Alors qu’on pensait qu’Ali Bongo levait les mesures restrictives instaurées il y a plus de 2 ans pour un retour à la vie « normale », pas comme on l’entend, il se trouve que ses motivations sont plutôt ailleurs comme en témoigne le cours des évènements.

Lire aussi:  12 mars en différé à Moulingui-Binza: les mineurs marquent la fête ?

Ce samedi 12 mars à l’occasion du 54e anniversaire du parti des masses, le Parti Démocratique Gabonais (PDG) organise un concert populaire avec entrée libre dès 17 heures au Jardin Botanique (qui n’a pas de fleurs). Et pour la réussite de ces retrouvailles entre militants kounabélistes, il fallait nécessairement lever les restrictions telles que le port du masque, la limite des rassemblements à 30 personnes et le couvre-feu fixé à 21 heures.

Privés de prestation depuis avril 2020, les artistes gabonais pro-pouvoir ont accepté de se produire lors de cet événement politique majeur. Espérons, cette fois, qu’ils ne prendront pas en otage Max Samuel Oboumadjogo (Massassi), Ministre Délégué à la Culture. Parmi les artistes invités figurent notamment Shan’L, Creol, Ida Moulaka, Manitou, Prince Kiala, Arnold Djoud et Sly’A et la reine des Atalakus attitrée, Amandine.

Lire aussi:  «Ya Ali est venu, chocolat et bonbon» quand des pères et des mères de famille se ridiculisent

C’est donc au cours de cette cérémonie politique que les artistes gabonais vont renouer avec la scène après plus de 24 mois de gel de prestations. Creol, la chantre du PDG a inventé sur sa page Facebook officielle ses fans à investir l’esplanade du Jardin Botanique (sans fleurs) dès 16 heures. Comme quoi, la « faim » justifie les moyens.

Stéphane Nzeng, membre de la société civile a réagi à cet effet, « Fragiliser les artistes, priver le peuple de divertissement, puis les kounabéliser avec un concert politisé. Mais vous allez vous waze. 2023 ne se passera pas comme vous pensez », a-t-il déclaré dans la nuit du vendredi 11 mars 2022 sur son compte Facebook.

Lire aussi:  Frédéric Massavala et le vagabondage politique dans la Ngounié

Après avoir procédé aux nominations au sein du gouvernement le 08 mars et au sein du parti le jour d’après, le PDG va célébrer les 54 ans d’un règne sans partage à la tête du pays pour un résultat toujours aussi mitigé. Bientôt 2025, l’émergence se fait toujours attendre. PDG Oyééé !!!