L’année 2023 a un agenda électoral très chargé pour le Gabon. Outre les élections municipales et législatives, les présidentielles représentent plusieurs enjeux majeurs même pour les acteurs culturels insoupçonnés. Alors que certaines figures affirment fièrement leur position, d’autres, en revanche, se soustraient habilement au jeu politique.

Le Gabon va organiser en août prochain les élections présidentielles. Ali Bongo Ondimba qui n’a toujours pas annoncé sa candidature officiellement est présenté comme le candidat naturel. Il peut compter sur le soutien de Le Roi Béni, l’ancien délinquant qui a fait fortune en prison et trône désormais à la tête d’un groupe de bangados qu’il a réussi à lancer dans les petites activités génératrices de revenus et la musique, entre autres.

Lire aussi:  Abidjan : l'ex-artiste coupé-décalé Claire Bahi consacrée pasteure

Après avoir fièrement arboré le pagne à l’effigie du Parti Démocratique Gabonais (PDG) pendant le congrès du parti, Le Roi Béni également appelé « La Source » vient d’annoncer qu’il déboursera un montant de 5 millions de francs CFA pour la meilleure chanson de campagne pour Ali Bongo Ondimba. Une déclaration qui vise à s’attirer les faveurs du parti au pouvoir en quête de catalyseurs de mobilisation à l’orée des échéances électorales.

Lire aussi:  Jéconia: Se fiancer pour se venger, une affaire de goumin 2.0

Contrairement à Le Roi Béni, « chef des bangandos », l’ex-musicien et célèbre producteur Sean Bridon, lui, préfère jouer la carte de la neutralité. En effet, après avoir été appelé à se prononcer sur cette question, le producteur le plus suivi d’Afrique dit ne pas vouloir se mêler de la politique de son pays (tant il connaît ses travers) même si logiquement il devra exercer son droit de vote lors des échéances électorales imminentes.

Lire aussi:  Booba et Kim Kardashian, en couple ? La toile s'enflamme

Pour les Présidentielles 2023, les uns et les autres sont déjà en ordre de bataille derrière leurs candidats. Le Gabon, petit pays d’Afrique centrale avec une maigre population d’environ 2 millions d’habitants seulement compte à lui seul plus de 70 partis politiques légalement reconnus. Un nombre largement supérieur à celui de la Chine, les États-Unis et la France qui ont une population 10 fois plus grande. Bientôt chaque famille aura son parti politique.