Mohamed Bek El Fadel (MBEF), ressortissant Libanais né à Libreville le 14 septembre 1992, a été nommé Premier Consul Honoraire du Gabon à Pointe-Noire. Il a été investi dans ses fonctions le 7 juillet par Alexandre Honoré Paka, préfet du département de Pointe-Noire, en présence de René Makongo, Ambassadeur du Gabon en République du Congo et de plusieurs membres de représentations consulaires.

Depuis sa prise de fonction, Libreville ne cache pas sa frustration. Certains membres de la société civile gabonaise ne trouvent « pas raisonnable qu’un Libanais soit Consul du Gabon à l’étranger ». Ce sentiment de colère empreint d’un brin d’ignorance est se justifie par le fait que les autorités nationales ont toujours portés aux hautes fonctions des personnes aux origines étrangères.

Lire aussi:  Une ambassadrice perd ses bagages à l'aéroport et accusent les Kinois ... à tort

Mais c’est quoi un consul honoraire ? Doit-il nécessairement être ressortissant du pays d’envoi ? Ces interrogations nous ferons apprécier la situation différemment surtout qu’il n’est pas le seul consul honoraire étranger au compte du Gabon dans le monde.

Un Consul Honoraire est un bénévole, nommé pour une durée de déterminée renouvelable à souhait. Les Consuls Honoraires sont des relais indispensables pour le consulat. Ils exercent localement des fonctions de représentation et une mission générale d’appui à l’action diplomatique, culturelle et économique du pays qu’il représente. Leurs missions sont toutes définies par le Ministère des Affaires Étrangères et leur champ d’action est limité.

Mohamed Bek El Fadel lors de la cérémonie d’investiture ce le juillet 2022 à Pointe-Noire.

Contrairement au Consul de Carrière, un Consul Honoraire n’a pas reçu la formation spécialisée et n’a pas été recruté par voie de concours. Il est choisi parmi les habitants du pays de résidence, et n’a pas forcément la nationalité de l’État d’envoi. C’est pourquoi ses responsabilités sont moins étendues que celles des Consuls de Carrière – quoiqu’elles soient loin d’être négligeables – et ses immunités et privilèges sont aussi plus limités, se rapportant strictement à l’exercice de ses fonctions.

Lire aussi:  Poutine promet de «casser les dents» à ceux qui s’en prendraient à la Russie

Mais quelles sont les différences entre un consul de carrière et un consul honoraire ? Malgré la diversité des situations, dues à celle des législations nationales, on peut formuler quelques remarques générales.

Tout d’abord, comme son nom l’indique, le Consul Honoraire exerce ses fonctions sans percevoir de rémunération à ce titre – il peut bénéficier, éventuellement, d’indemnités, de remboursements et de subventions de l’État qu’il sert, et de la totalité ou d’une partie des droits de chancellerie encaissés par son poste.

Lire aussi:  [Analyse] L'incongrue candidature du Gabon au Commonwealth

D’un autre côté, en dehors de ses fonctions consulaires, il a le droit d’exercer une activité professionnelle ou commerciale, ce qui est formellement interdit aux Consuls de Carrière.

Avant MBEF et au moment où l’on écrit cet article, plusieurs ressortissants étrangers exercent en tant que Consuls Honoraires du Gabon un peu partout dans le monde. Vous pouvez retrouver la liste non exhaustive ici: https://www.ambassadegabonfrance.org/index.php/consulat-general/presentation/les-consulats-honoraires