Après l’humoriste Manitou, les Panthères du Gabon ont étées, à leur tour, reçues à la Primature de la République gabonaise. Si l’un a été reçu pour recevoir des encouragements après son obtention du prix RFI Talent du Rire 2021, les autres ont été reçus pour leur élimination aux huitièmes de finale de la CAN 2021 au Cameroun. Un exploit en a croire le gouvernement gabonais.

Le capitaine Bruno Écuélé Manga et ses coéquipiers ont été accueillis en héros ce 25 janvier 2022 à leur retour au Gabon. Une « délégation » de compatriotes, des jeunes filles majoritairement, a effectué expressément le déplacement du côté de l’aéroport international de Libreville pour accueillir triomphalement les Panthères.

D’abord annoncé à la Présidence de la République, c’est finalement la Première Ministre qui a reçu les joueurs de la sélection gabonaise de football et le staff d’encadrement ce 28 janvier « sur instruction du président de la République » pour les féliciter, dit-on. Mais féliciter pour quoi, au juste ?

Lire aussi:  Jean-Noël Amonome au sommet de sa forme avec les Panthères

Les Panthères du Gabon on été sorties de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en huitièmes de finale par la remarquable sélection burkinabée conduite par l’entraîneur Kamou Malo à la suite de la fatidique séance de tirs au but. Bilan: 1 victoire, 2 nuls et 1 défaite.

Depuis lors, c’est devenu un exploit chanté par le gouvernement gabonais pour faire passer sous silence ses nombreuses décisions iniques et controversées qui suscitent colère et frustration au sein de la société civile.

Lire aussi:  [Urgent] Vers la disqualification des Panthères du Gabon?

Lorsqu’on est ajourné au baccalauréat même avec 9,99 au second tour, doit-on s’en réjouir ? Pourquoi fête-t-on alors l’élimination des Panthères aux huitièmes de finale de la CAN ? Depuis célèbre-t-on l’echec ? Autant de questions qui méritent des réponses intellectuelles, sans passion.

Pour se conforter dans leur position de « perdants heureux », les Gabonais racontent à qui veut l’entendre sur la toile et dans les bars que « Boupendza n’était pas hors-jeu », sur la dernière action du match Burkina Faso – Gabon le 23 janvier 2022. Mais qu’est-ce que cela aurait changé a l’issue du match sachant qu’il pouvait manquer le cadre ?

Une telle satisfaction, une telle fierté pour une prestation qui reste tout de même mitigée avec une élimination en huitièmes de finale peut être préjudiciable à l’équipe nationale. Les joueurs auront l’impression d’avoir atteint l’apogée de leur prestation et ne fourniront plus d’efforts pour se surpasser lors de la prochaine échéance sportive en Côte d’Ivoire en 2023.

Lire aussi:  [Football] Bouanga chute en Ligue 2, Allevinah se maintient en Ligue 1

Il est donc important de rester focalisés sur l’objectif : gagner au moins une fois la CAN. L’orientation politique donnée aux exploits des Panthères alors qu’elles étaient baladé pour le paiement de leurs primes constitue en tout points une hypocrisie. Il en va de même pour les supporters qui menaçaient de boycott la sélection nationale, entre injures et jurons et qui s’éprennent désormais d’amour pour elle.