Widget de Message Déroulant
Bienvenue sur Funny Gabon. Bonne navigation !

Lors de la célébration de la Fête du Travail ce 1er mai 2024 au Boulevard Triomphal, les membres de l’association nationale des chômeurs du Gabon ont observé un sit-in non loin de la tribune officielle. Gêné par la situation et visiblement très remonté, Brice Clotaire Oligui Nguema s’est lui-même déplacé pour leur dire « deux mots ».

Arrivé à la hauteur des manifestants assis à même le sol, le Président de la Transition n’a pas caché sa colère. Il s’est dit déçu de l’approche de l’association. « Il faut vous calmer, nous sommes en train de trouver progressivement des solutions au problème de chômage des jeunes. Si vous continuez à faire ça, on ne vous accompagne plus », a déclaré le Général Brice Clotaire Oligui Nguema, s’adressant aux jeunes chômeurs sur un ton ferme et intimidant.

Lire aussi:  Célébration de la Fête du Travail : Oligui Nguema va-t-il enfin s'afficher avec ses 2 femmes ?

À la demande de l’Exécutif, les chômeurs gabonais avaient été invités à déposer les dossiers à la Fonction Publique pour être recrutés. Cette phase révèle que plus de 100 000 dossiers ont été enregistrés. Pour Oligui Nguema, « il y a eu même des coiffeurs dans ces dossiers » comme pour fustiger la démarche des manifestants qu’il estime, pour la plupart, sans qualification.

Lire aussi:  « J'ai gagné mon premier million en vendant des croquettes », Geoffroy Foumboula

Si Gabon Actu qualifie l’acte des jeunes chômeurs gabonais de « méthode irresponsable », il faut dépassionner le débat pour contextualiser le sujet. Quand on envoie les jeunes déposer les dossiers à la Fonction Publique pour être recrutés et que plusieurs mois après il ne se passe rien, puis on revient leur dire qu’il faut désormais qu’ils entreprennent sans mettre les conditions, c’est ça la parfaite illustration d’une « méthode irresponsable ».

Pourtant, chaque fois que possible, des nouveaux postes budgétaires sont octroyés et annoncés à la télévision nationale à des fins propagandistes, mais ces mesures n’avantagent qu’un groupe de privilégiés proches des hauts cadres de ces différents ministères au détriment des « laissés pour compte » qui ont déposés les dossiers à la Fonction Publique.

Lire aussi:  Le MNCG lance un appel urgent à tous les chômeurs gabonais pour un recensement et un rassemblement au Ministère du Travail ce mardi

Finalement, qui déçoit qui ?


En savoir plus sur Funny Gabon

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.