Les festivités qui ont marqué l’ouverture des assises du Dialogue National ce mardi 2 avril 2024 au Palais des Sports ont été rapidement éclipsées par l’annonce d’un report des travaux au lundi 8 avril 2024. Les organisateurs invoquent des impréparations, mettant en lumière une responsabilité pointée du doigt vers le Ministre de la Réforme des Institutions, Murielle Minkoué.

Cette décision a suscité une vague de réactions au sein de l’opinion publique, notamment sur les réseaux sociaux. Les critiques fusent, remettant en question la crédibilité et le sérieux de l’événement. Un internaute, interloqué, s’interroge : « Ils ont seulement voulu faire la fête le 2 avril pour montrer que le Dialogue a effectivement commencé à la date indiqué. Sinon c’est après l’ouverture qu’ils se sont rendus compte qu’ils n’étaient pas prêts ? »

Lire aussi:  Le CTRI réautorise la vente des terrains aux étrangers

Le report de cinq (5) jours impose une révision complète des moyens logistiques, matériels et financiers afin de réadapter l’événement aux nouvelles dates. La cérémonie d’ouverture, principalement axée sur le volet festif avec la prestation de plusieurs artistes, n’a été suivie d’aucune discussion sérieuse, laissant un goût amer aux participants et à l’opinion publique qui s’attendait à mieux.

Lire aussi:  Le PDG accorde son soutien au CTRI à quelques jours du dialogue national

De nombreux acteurs de la société civile perçoivent ce report comme un échec révélateur de l’amateurisme dans l’organisation de ce Dialogue National tant attendu. Il est désormais évident que les travaux devront s’étendre au-delà du mois d’avril, prolongeant ainsi l’incertitude quant à l’aboutissement et à l’efficacité de cette initiative cruciale pour l’avenir du pays.

Lire aussi:  Les 8 missions de la Transition définies par la Charte desquelles s’éloigne le CTRI