L’indignation a éclaté au Ghana après qu’un prêtre traditionnel influent, âgé de 63 ans, ait épousé une fillette de seulement 12 ans lors d’une cérémonie coutumière le samedi dernier.

Bien que l’âge minimum légal pour se marier au Ghana soit de 18 ans, ce mariage a soulevé des questions sur les pratiques culturelles et les traditions qui contredisent les lois en vigueur dans le pays. Les chefs de la communauté, en réponse aux critiques, ont défendu l’union en affirmant que certains ne comprenaient pas leurs coutumes et leurs traditions.

Lire aussi:  En pleine guerre, Vladimir Poutine adresse une lettre à la présidence ghanéenne

Pourtant, cette pratique choque de nombreux observateurs et soulève des préoccupations quant au bien-être des enfants dans le pays. Malgré les progrès réalisés dans la lutte contre les mariages d’enfants, ils persistent dans certaines régions. Selon l’ONG mondiale Girls Not Brides, 19 % des filles au Ghana sont mariées avant l’âge de 18 ans, et 5 % avant leur quinzième anniversaire.

Lire aussi:  Ndong Mboula, le père du ngori traite ses détracteurs de «chiens»

Ce cas met en lumière la nécessité d’une sensibilisation continue et de mesures concrètes pour protéger les droits des enfants et éliminer les pratiques néfastes telles que le mariage des enfants. Il souligne également l’importance de renforcer l’application des lois existantes pour garantir que les enfants soient protégés contre toute forme d’exploitation et de préjudice.

Lire aussi:  Sean Bridon va partager 337 millions aux acteurs culturels gabonais

En attendant, la société civile et les autorités locales doivent redoubler d’efforts pour éduquer les communautés sur les conséquences néfastes des mariages précoces et promouvoir des alternatives qui favorisent le bien-être et le développement des enfants.