Lors d’une conférence de presse conjointe tenue ce samedi 30 mars 2024, le Colonel Ulrich Manfoumbi Manfoumbi, Ministre chargé des Missions du CTRI à la Présidence, a déclaré que le couvre-feu ne sera pas levé tant que l’assurance d’un retour à la normale ne sera pas garantie.

En conférence de presse ce samedi à l’immeuble Gabon Mining Logistics (GML), le Colonel Manfoumbi, bras droit d’Oligui Nguéma a déclaré: « Tant que nous ne seront pas sûrs que les choses ne reviendront pas telles qu’elles étaient avant, nous ne lèverons pas le couvre-feu ». Cette annonce, faite aux côtés de Laurence Ndong, Ministre de la Communication et des Médias, suscite des inquiétudes quant à la durée de cette mesure instaurée depuis le coup d’état du 30 août dernier.

Lire aussi:  L'ONU pointe le Gabon du doigt pour ses mesures jugées trop sévères à des fins politiques.

Pour de nombreux Gabonais, en particulier les propriétaires d’établissements de nuit, cette prolongation du couvre-feu est une source de frustration croissante. Depuis des mois, leurs activités ont été gravement entravées par cette restriction nocturne, entraînant des pertes économiques considérables.

La question qui se pose désormais est de savoir si le couvre-feu est destiné à devenir une mesure permanente au Gabon. Les autorités justifient son maintien par la nécessité de garantir la sécurité et la stabilité du pays, mais pour de nombreux citoyens, cela soulève des préoccupations quant aux limites des libertés individuelles et aux conséquences à long terme sur l’économie et le bien-être social.

Lire aussi:  Confinement partiel ou prison à ciel ouvert ?

Alors que le pays continue de traverser une période d’incertitude politique et sociale, il est impératif pour le gouvernement de communiquer de manière transparente et de s’engager activement dans un dialogue ouvert avec la population. Les Gabonais méritent des réponses claires quant à la justification et à la durée prévue du couvre-feu, ainsi que des mesures concrètes pour atténuer son impact sur les secteurs économiques touchés.

Lire aussi:  Après Macron, Ali Bongo songe, lui aussi, à lever les restrictions liées au Covid 19

En attendant, la perspective d’un couvre-feu à perpétuité plane sur le Gabon, suscitant des inquiétudes quant à l’avenir de la liberté de mouvement et de l’activité économique dans le pays.