Une scène désolante a été observée ce jeudi 28 mars 2024 à Libreville, alors que des agents municipaux de la commune se sont livrés à une activité choquante en vendant des gadgets qui auraient dû être distribués gratuitement à l’occasion de la « Journée Internationale Zéro Déchet » (JIZD).

Au lieu de promouvoir la sensibilisation à l’écologie, les agents de la mairie ont préféré profiter de la situation pour réaliser des gains personnels. Les faits se sont déroulés à la plage du Lycée National Léon Mba, où les agents municipaux ont été surpris en train de vendre des t-shirts et des casquettes arborant les logotypes de la Journée Internationale Zéro Déchet et de la Mairie de Libreville. Ces articles, destinés à encourager la prise de conscience environnementale, étaient vendus à des prix exorbitants, avec des casquettes à 2000 FCFA et des t-shirts à 3000 FCFA, totalisant ainsi 5000 FCFA pour l’ensemble.

Lire aussi:  Patrick Assoumou Eyi exfiltré pour éviter de faire tomber le réseau ?

Cette pratique est non seulement inacceptable, mais aussi contraire aux valeurs de préservation de l’environnement et de promotion du zéro déchet. Alors que le Gabon s’efforce de restaurer ses institutions et de promouvoir un changement de mentalité en faveur de l’écologie, de tels actes sapent les efforts déployés dans ce sens. Il est important de rappeler que depuis deux ans, le 30 mars est dédié à la sensibilisation à l’écologie à travers la Journée Internationale Zéro Déchet. Cette initiative vise à mettre en lumière les enjeux environnementaux majeurs et à encourager des actions concrètes à tous les niveaux de la société.

Lire aussi:  [Société] Jeanne Mbagou expulse les résidents du site de l'ex Sogadel

Face à ce scandale, il est impératif que des mesures soient prises pour sanctionner les responsables de cette vente illégale et pour garantir que de telles dérives ne se reproduisent plus à l’avenir. La préservation de notre environnement et la promotion du zéro déchet ne doivent pas être compromis par des intérêts personnels ou financiers.

Lire aussi:  Après 2+ ans sans contrat, Guy Patrick Obiang licencie 24 téléconseillers du 1404