Dans un geste qui suscite incompréhension et raillerie, Franck Nguéma, autrefois connu comme le protégé de Sylvia Bongo, a officiellement annoncé sa démission du Parti Démocratique Gabonais (PDG). Cette décision, rendue publique le 22 mars à Akanda, marque un tournant dans la vie politique de l’homme, mettant en lumière les fissures internes au sein du parti autrefois tout-puissant.

Après avoir servi en tant que Ministre de la Jeunesse et des Sports, Franck Nguéma a adressé un courrier à Angélique Ngoma, Secrétaire Général du PDG, indiquant des « raisons personnelles » pour quitter le parti qui l’a fait. Dans sa lettre, il dit avoir pris plusieurs mois pour observer et réfléchir avant sa décision de partir.

Lire aussi:  5 raisons de croire qu’Oligui Nguema ne veut pas finir avec le régime Bongo-PDG

La démission de Nguéma n’est pas un événement isolé. Depuis le renversement du régime d’Ali Bongo, le PDG enregistre une série de départs, avec certains qualifiant les démissionnaires de « militants profito-situationnistes ». Ces départs successifs suggèrent une réorientation politique parmi ceux qui cherchent à se positionner stratégiquement dans la nouvelle ère politique du Gabon.

Lire aussi:  Le convoi du PDG écrase un homme au village Tchimazock

Ce qui rend la démission de Franck Nguéma particulièrement remarquable, c’est son zèle surdimensionné envers le PDG lors des récentes échéances électorales. Son départ soulève des questions sur les véritables motivations derrière son adhésion passée au parti et sur les dynamiques de pouvoir internes qui ont pu le pousser à reconsidérer son allégeance politique.

Alors que le PDG fait face à une période d’incertitude et d’introspection, la démission de Franck Nguéma corrobore l’assertion selon laquelle en politique il y a que les intérêts. Cela souligne également l’importance croissante des choix individuels dans un contexte politique en évolution, où les loyautés politiques traditionnelles sont remises en question et où de nouveaux acteurs cherchent à s’affirmer.

Lire aussi:  [Société] 3M, M2O et FN, les glandeurs de la République ?

L’avenir politique de Franck Nguéma reste à voir, mais sa démission du PDG annonce déjà des bouleversements significatifs au sein du parti, avec des répercussions potentielles sur la composition et la direction du « parti des masses ».