Depuis le début de la Transition d’Oligui Nguéma, le Gabon semble s’enfoncer davantage dans le marasme du népotisme, consolidant ainsi sa réputation de « République de Copains et Coquins ». Malgré les promesses faites lors de sa prestation de serment visant à mettre fin aux privilèges accordés aux proches dans l’administration gabonaise, les faits récents montrent tout le contraire.

Chaque Conseil de Ministres révèle de nouvelles nominations qui soulèvent l’indignation des Gabonais, dénonçant des cas flagrants de népotisme. Après les exemples de Laurence Ndong, Raymond Ndong Sima, et Gervais Oniane, qui ont respectivement fait nommer leur époux, leur fils, et leur épouse, le Conseil des Ministres du 20 mars 2024 a entériné la nomination des couples Souble et Kinga aux postes de Conseiller dans les missions diplomatiques du Congo et du Ghana.

Lire aussi:  Séraphin Moudounga, l'un des profito-situationistes nommés au CESE

Malgré les justifications évoquées par certains autour du rapprochement des époux, le fait qu’ils soient nommés à des postes similaires, sans tenir compte de leurs qualifications ni de leurs antécédents, soulève de sérieuses questions quant au principe de méritocratie dans un régime qui prétend pourtant vouloir rompre avec les pratiques du passé.

Lire aussi:  Seydou Kane nommé à la FEG : Un pas en arrière pour la restauration des institutions

Cette tendance inquiétante vers le népotisme est un revers majeur pour la Transition en cours au Gabon. Au lieu de promouvoir la transparence et l’égalité des chances, ces nominations mettent en lumière les liens de parenté comme principal critère de sélection, sapant ainsi la confiance du peuple dans les institutions gouvernementales.

Lire aussi:  Qatar 2022 : Ghana vs l'Uruguay, l'heure de la revanche a sonné

Face à cette dérive inquiétante, il est impératif que les autorités gabonaises prennent des mesures concrètes pour mettre un terme à ces pratiques néfastes. La véritable démocratie et la bonne gouvernance ne peuvent être atteintes que par le respect des principes d’équité, de compétence, et d’intégrité, et non par la perpétuation de faveurs accordées à un cercle restreint de proches.