Les opposants sénégalais Ousmane Sonko et son filleul Bassirou Diomaye Faye, figures du parti Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Éthique et la Fraternité (PASTEF), ont été libérés de prison ce jeudi 14 mars 2024, suscitant des scènes de liesse qui ont perduré jusqu’à tard dans la nuit.

Cependant, cette libération à neuf (9) jours de la présidentielle alimente les débats. En effet, selon les révélations du média Africa Intelligence, des cadres éminents du PASTEF entretiendraient en secret des relations avec le pouvoir en place de Macky Sall. « Bien que le parti fondé par l’opposant Ousmane Sonko affiche en public une forte hostilité vis-à-vis du camp de la majorité, certains de ses hauts cadres cultivent dans la plus grande discrétion des liens avec le gouvernement », a révélé nos confrères.

Lire aussi:  [Politique] Macky Sall accusé de coup d'État institutionnel au Sénégal

Alors que Sonko et Faye ont été officiellement amnistiés par une loi dont ils sont les principaux bénéficiaires, les détails de cette libération demeurent encore obscurs. Il convient de rappeler que cette loi d’amnistie semble favoriser la réhabilitation du candidat du PASTEF en vue des élections prévues le 24 mars prochain. Un timing parfait. Simple coïncidence ?

Lire aussi:  [Sénégal] Ousmane Sonko: Dans la peau de Dominique Strauss-Kahn