Le Ministre de la Jeunesse, André Jacques Augand, a présidé à l’installation du bureau du Conseil National de la Jeunesse (CNJ) ce mardi 05 mars 2024. Composé de 10 membres, ce bureau est élu pour une période de trois ans.

Cependant, la nomination d’un individu controversé au sein de cet organe a suscité des réactions vives. Hercule Nze Souala, connu pour ses liens avec l’ancien régime autoritaire d’Ali Bongo Ondimba, s’est vanté sur les réseaux sociaux de sa nouvelle position en déclarant : « Je suis désormais Conseiller Permanent à vie du Conseil National de la Jeunesse ». Cette affirmation a soulevé des interrogations quant à la représentativité réelle de cet organe, ainsi que sur les critères de sélection de ses membres.

Lire aussi:  Après le Gabon, Obelixx s'installe à Abidjan pour «blaguer» les Ivoiriens

L’opinion publique, consternée par cette nomination, souligne le passé trouble de certains membres du CNJ, notamment leur implication présumée dans des affaires de corruption et de mauvaise gouvernance sous l’ancien régime. La société civile exprime son inquiétude quant à la direction que prend cette transition, qualifiant cette nomination de « sacrilège ».

Face à cette controverse, le Ministre de la Jeunesse n’a pas encore réagi, laissant planer le doute sur les motivations derrière cette décision et sur l’avenir de la représentation de la jeunesse gabonaise au sein du CNJ.

Lire aussi:  Oyem : L'accueil du président Oligui Nguema par l'A.T.O.O.N. fait débat