Lors des festivités marquant son 56ème anniversaire, le Parti Démocratique Gabonais (PDG) a pris une mesure sans précédent en demandant pardon au peuple gabonais. Cette demande de pardon a été exprimée par la Secrétaire Générale du parti, Angélique Ngoma, qui a reconnu publiquement la responsabilité du PDG dans la conduite du pays vers le chaos et l’exploitation abusive de ses ressources au cours des cinquante dernières années.

Cette déclaration intervient dans un contexte particulier, marqué par la récente chute du parti suite à un coup d’état survenu le 30 août 2023. Malgré cette tentative de rédemption, de nombreux Gabonais restent sceptiques quant à la sincérité de ces excuses. Pour certains internautes, il s’agit simplement de « larmes de crocodile », une tentative désespérée de regagner la confiance du peuple après des décennies de gouvernance contestée.

Lire aussi:  Après le 12 mars, les PDGistes jettent les vêtements du parti à la poubelle

Les atrocités commises par l’ancien régime du PDG ont profondément marqué la population gabonaise, et le chemin vers la réconciliation s’annonce long et difficile. Nombreux sont ceux qui estiment que les excuses ne suffisent pas à effacer les souffrances infligées et que la justice doit être rendue pour les crimes commis.

Lire aussi:  La Secrétaire Générale du PDG rejoint le cercle des intimes de Brice Oligui Nguéma

En somme, si la demande de pardon du PDG constitue un premier pas vers la réconciliation, elle ne saurait occulter les blessures profondes infligées à la nation gabonaise. Le chemin vers la guérison et la reconstruction du pays s’annonce semé d’embûches, mais la volonté du peuple gabonais de tourner la page sur un passé douloureux demeure intacte.

Lire aussi:  Jo Da Crazy quitte le bateau PDG à quelques mois de la Présidentielle