Après le truquage des résultats du concours de la Police Nationale publiés dans la nuit du 16 février 2024, une vague de contestation a éclaté. Les candidats recalés ont manifesté devant le Commandement en Chef des Forces de Police Nationale pour exiger la publication des résultats authentiques. Face à ce scandale qui ébranle la corporation policière, des mesures sévères ont été prises à l’encontre de six (6) officiers de police impliqués dans l’organisation dudit concours.

Dans une note datée du 26 février 2024 et signée par le Commandant en Chef des Forces de Police Nationale, le General de Division Serge Hervé NGOMA, les dispositions suivantes ont été annoncées :

Lire aussi:  CNAMGS : Une fraude de plus de 65 millions découverte

Article 1er : Conformément à la loi n°030/2020 du 24 décembre 2020, les officiers énumérés ci-dessous, en service au sein des unités des Forces de Police Nationale, sont suspendus de leurs fonctions par mesure conservatoire. Ils sont également assignés à résidence surveillée pour une durée d’un (1) mois, en attendant les conclusions de l’enquête. Les officiers concernés sont :

  1. Lieutenant-Colonel MEYE M’OWONO Guy Sylvain
  2. Commandant NZOGHE ABOGHE Ange Junior
  3. Commandant MOUSSAVOU OUEDRAOGO Aicha P.
  4. Commandant MANZOU NZIKOUET Linda
  5. Capitaine MANFOUMBI BOUSSOUGOU Arnoh J.
  6. Capitaine DIAVOU M’BOLA Hurelle Prescillia
Lire aussi:  Ntoum: 5 policiers passibles de prison pour non-assistance à personne en danger

Article 2 : Par effet de cette décision, les officiers cités à l’article 1er sont mis à la disposition de l’Inspection Générale des Forces de Police Nationale pour enquête. Cette mesure fait suite aux failles constatées lors de l’organisation du concours d’intégration dans les Forces de Police Nationale et à la divulgation des documents confidentiels via les réseaux sociaux.

Lire aussi:  « Le peuple gabonais a été baisé correctement », dixit Le Général Makosso

Article 3 : La présente décision sera enregistrée, notifiée aux intéressés, publiée et communiquée partout où besoin sera.

Cette décision marque une étape importante dans la quête de transparence et d’intégrité au sein de la Police Nationale. Elle témoigne de la détermination des autorités à sanctionner toute forme de fraude et à restaurer la confiance du public dans l’institution.