Dans une récente révélation choquante, les patients ont dénoncé une pratique troublante au sein des hôpitaux publics du pays : les médecins utilisent leurs positions dans les établissements publics pour orienter les patients vers leurs propres cliniques privées, dans une quête éhontée de profits.

Un patient, témoignant de son expérience amère, rapporte : « Triste réalité ! Un docteur me reçoit à l’hôpital X, m’envoie faire des examens dans une clinique Y de la place et lorsque j’arrive dans la clinique, je trouve le même praticien. Le lendemain, je repars avec les résultats pour les présenter au même docteur à l’hôpital X pour interprétation ». Cette pratique, répandue selon les témoignages recueillis, laisse entrevoir une collusion entre les médecins et les structures privées qu’ils possèdent.

Lire aussi:  Le gang du CHU Jeanne Ebori réputé pour détention arbitraire et séquestration

Il semblerait que ces médecins n’utilisent pas les hôpitaux publics comme des lieux de soins désintéressés quoique déjà rémunéré par l’État, mais plutôt comme des outils de « démarchage de clients » pour leurs cliniques privées. Une victime indignée déclare à cet effet : « À l’hôpital, le docteur vient à 11 heures et consulte juste 10 patients par jour. Une heure après, il s’éclipse pour aller travailler dans sa propre clinique ». Cette pratique abusive est non seulement une trahison de la confiance des patients envers les professionnels de la santé, mais elle compromet également l’accès équitable aux soins de santé pour tous les Gabonais.

Lire aussi:  [Urgent] Testés positifs au Covid 19, certains étudiants tentent de cacher leur statuts à leurs proches

En outre, certains patients ont témoigné avoir été contraints d’effectuer des examens coûteux dans des laboratoires spécifiques recommandés par ces médecins, sous peine de se voir refuser des soins ultérieurs. « Moi-même j’ai été victime de ça la semaine dernière. La docteur me dit clairement que si j’emmène les résultats d’ailleurs en dehors du laboratoire qu’elle m’a indiqué, elle ne va pas me recevoir. Et là-bas les examens coûtent les yeux de la tête », déclare une autre victime de cette exploitation par des « arnaqueurs en blouses blanches ».

Face à cette situation alarmante, il est impérieux que les autorités publiques prennent des mesures idoines pour mettre fin à ces pratiques mafieuses au sein des centres hospitaliers publics. La santé des Gabonais ne devrait pas être compromise pour les intérêts financiers égoïstes de quelques professionnels sans scrupules. La population exige des actions concrètes pour garantir des soins de santé accessibles, équitables et de qualité pour tous.

Lire aussi:  C'est dans le moutouki que se cache le Coronavirus selon les scientifiques municipaux de Libreville