Le showbiz gabonais est secoué par une déclaration fracassante de l’artiste emblématique Creol. Le 14 février dernier, la chanteuse a envoyé une onde de choc à travers les réseaux sociaux en publiant sur sa page Facebook officielle : « Il est strictement interdit d’écouter ma musique au Gabon. Je suis censur[ée]. Et vous n’aimez pas les choses impolies, du coup vous n’êtes pas concernés. Merci » [On a corrigé les fautes et revu la ponctuation, NDLR].

Cette sortie tonitruante a immédiatement suscité une vague d’indignation parmi les internautes, qui ont dénoncé le manque de retenue de l’artiste et sa quête apparente de buzz à tout prix. Certains ont même exprimé leur mécontentement face au mépris affiché envers ses fans et les amoureux de sa musique à travers tout le pays.

Lire aussi:  Grande absente du dîner de gala de Creol, Shan'L accusée de trahison

Pourtant, une faction opposée s’est également manifestée, saluant la décision de Creol et allant jusqu’à affirmer que sa musique « pollue les ondes » et que son interdiction de diffusion au Gabon est en réalité un « service rendu à la nation ». Quel que soit le camp, une chose est claire : Creol reste fidèle à sa stratégie de communication audacieuse pour promouvoir son nouveau projet artistique.

Lire aussi:  Creol ferait-elle une bonne carrière dans l'industrie du porno?

Cette polémique soulève des questions sur le rôle des artistes dans la société et sur la façon dont ils utilisent les réseaux sociaux pour communiquer avec leur public. Il est clair que Creol a réussi à susciter l’attention, mais à quel prix ? Seul l’avenir nous dira si cette controverse aura des répercussions durables sur sa carrière ou si elle se révélera être simplement un coup de communication habile dans le monde volatile de l’industrie musicale.

Lire aussi:  [People] Maya se serait fait tabasser dans une boîte de nuit à Louis