Découverte macabre pour le moins étonnante, le 13 février dernier au milieu de hautes herbes, du corps sans vie criblé de balles, d’un septuagénaire à Leconi, le chef-lieu du département des Plateaux, dans la province du Haut-Ogooué. Après identification, il s’agit de celui de Pierre Jean Ossakoubou. Son cadavre a été retrouvé dans le périmètre situé entre les anciens aérodromes et le camp de la Garde républicaine (GR), à quelques kilomètres de l’usine Sobeloco.

Selon une source proche du dossier, Pierre Jean Ossakoubou aurait disparu depuis la veille de sa mort de la circulation. Alors qu’il était sorti de son domicile pour rallier sa plantation. Et comme le septuagénaire ne rentrait pas, son absence aurait inquiété ses proches qui ont immédiatement entamé des recherches pour le retrouver. Le lendemain vers 16 heures, son corps sans vie était retrouvé déjà en pleine décomposition.

Lire aussi:  [Nécrologie] Amove Mevegue, le fondateur d'Ubiznews est mort

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime aurait trouvé la mort à la suite d’un coup de feu. À en juger par les traces de plombs découverts sur sa poitrine. Toute chose qui laisse entrevoir l’éventualité d’un assassinat. La dépouille de Pierre Jean Ossakoubou a été ramenée au village et les autorités judiciaires ont instruit les forces de sécurité à l’effet de l’ouverture d’une enquête.

Lire aussi:  [Vidéos] Voici les assassins de nos compatriotes en pleine action — Exclusif

(c) L’Union