La consternation était à son comble au carrefour Rio de Libreville le 13 février dernier, plus précisément au Magasin Royal Boucherie où deux jeunes gabonais travaillant dans cet immeuble, ont été électrocutés par la haute tension jouxtant le magasin.

Il était 19 heures quant le drame a eu lieu. Les jeunes aides ouvriers travaillaient dans l’immeuble en construction au 2ème étage, sans mesures de sécurité apparente. Puisqu’ils travaillaient sans les EPI, ni casques, encore moins de gangs, des bottes ou des paires de sécurité ou de lunettes de protection.

Lire aussi:  Lekori: Il coupe le cou de la femme de son oncle à la machette

« Il y a un fer qui est tombé sur un câble de la haute tension. Un travailleur se détache des autres.  En voulant retire le fer voilà comment le courant le touche, l’autre qui était derrière a voulu secourir son ami et c’est en moment que les deux ont été projetés jusqu’au sol, et les deux gars sont morts sur le champs », a indiqué à un reporter de Gabonactu.com, un témoin.

Lire aussi:  [Congo] Candidat à la Présidentielle du 21 mars, Parfait Kolelas meurt à la fermeture des urnes dans un avion

D’après d’autres témoignages, cet incident dramatique a provoqué même une coupure dans le secteur. La situation n’a pas manqué d’occasionner l’ire des populations qui ont failli en découdre avec les Mauritaniens, propriétaires de l’immeuble en construction. Alertés, les policiers ont intervenu.

Le fameux bâtiment avait pourtant, selon les indiscrétions, était interdit de continuer les travaux. La Mairie aurait mentionné il y a quelques mois « arrêt des travaux ». Une décision de la force publique qui a royalement été ignorée comme par magie.

Lire aussi:  [Côte d'Ivoire] Elle surprend sa mère avec son mari et saute du 3e étage avec un bébé au dos

Certains travailleurs de cet immeuble ont dénoncé leurs mauvaises conditions de travail proches de l’esclavage. Les Mauritaniens leur exigent de travailler de 07 jusqu’à 21heures.

(c) Gabon Actu