Depuis environ trois mois, étouffante le Gabon connaît des pics de chaleur inquiétants, plongeant les habitants des principales villes du pays dans une véritable fournaise. « On se croirait dans l’antichambre de l’enfer », commentent les habitants. Cette vague de chaleur dont les précédents remontent à mars 2010 suscite l’inquiétude et le mécontentement généralisé de la population, qui se retrouve livrée à elle-même face à cette situation accablante.

Pourtant, malgré l’ampleur du phénomène et les risques pour la santé des personnes en particulier et de l’ensemble de l’écosystème en général, les autorités sanitaires et les climatologues demeurent étrangement silencieux. Aucune communication officielle n’est émise pour sensibiliser la population sur les risques liés à cette canicule. Les Gabonais se trouvent ainsi démunis et livrés à leur propre sort, sans guidance ni conseils pour faire face à ces conditions météorologiques extrêmes.

Lire aussi:  Victime de «fatigue sévère», Lambert Matha serait évacué à l'étranger

Ce silence des autorités dénoterait leur exemption face à la situation climatique actuelle : tandis que la population souffre des effets dévastateurs de la chaleur, les responsables politiques et les fonctionnaires semblent se retrancher dans leurs villas climatisées, se déplaçant dans des véhicules tout aussi équipés, et rejoignant des bureaux où l’air conditionné est en permanence. Cette déconnexion entre les dirigeants et la réalité quotidienne des citoyens est d’autant plus déconcertante dans un contexte où la canicule frappe sans relâche.

Lire aussi:  [Santé] Le Syndicat des Médecins Fonctionnaires du Gabon n'en peut plus du gouvernement de Rose Christiane Ossoouka
Capture d’écran des données météorologiques de Libreville, le 14 février 2024 | (c) FG 2024 – TDR

Les conséquences de cette inaction sont potentiellement désastreuses pour la santé publique. Les risques de déshydratation et de coups de chaleur sont accrus, mettant en danger la vie des plus vulnérables, notamment les personnes âgées, les enfants et les personnes souffrant de conditions médicales préexistantes.

Face à cette situation critique, il est impératif que les autorités sanitaires prennent leurs responsabilités et agissent rapidement pour informer et protéger la population. Des mesures de prévention et d’urgence doivent être mises en place, telles que la distribution d’eau potable, l’ouverture de centres de rafraîchissement et la sensibilisation aux gestes à adopter pour se protéger de la chaleur excessive.

Lire aussi:  Un escadron de la mort sévit actuellement dans les rues de Libreville, la nuit tombée — Attention requise

L’absence de communication et d’action des autorités sanitaires face à la vague de chaleur qui sévit au Gabon est inacceptable. Il est temps que les responsables sanitaires reconnaissent l’urgence de la situation et prennent les mesures nécessaires pour protéger la population contre les effets dévastateurs de cette canicule implacable.