Dans un discours controversé ce 9 février à Leyima, un quartier de Moanda, le Président de la Transition, Oligui Nguéma, a attaqué violemment Ernest Gaëtan Ayami, qualifiant ce dernier de « voyou » et de « déstabilisateur ». Ces remarques ont suscité une indignation généralisée parmi les soutiens de Gaëtan Ayami. Les réactions du parti politique RÉAGIR et de la principale plateforme de l’opposition Alternance Gabon 2023 sont fortement attendues. Voilà pourquoi.

Ernest Gaëtan Ayami, un fervent défenseur des communautés autochtones de Moanda, avait été désigné comme le candidat unique pour les élections législatives dans le 2e arrondissement de la commune. Son engagement envers le bien-être de sa communauté et son parcours académique en sciences politiques ont fait de lui une figure respectée dans la localité à telle enseigne que les populations de Leyima lui ont fait confiance d’être leur porte-voix auprès des responsables de Comilog.

Lire aussi:  Nouvelle arrestation d'Ernest Gaetan Ayami : la tension monte à Moanda

Cependant, les récentes attaques d’Oligui Nguéma ont mis en lumière les tensions persistantes entre les militants locaux et les autorités politiques en place. En qualifiant Gaëtan Ayami de « voyou », le Président de la Transition a non seulement porté atteinte à son intégrité, mais a également insulté toutes les communautés autochtones qu’il représente.

Le parti politique RÉAGIR et la plateforme Alternance Gabon 2023 sont désormais confrontés sont désormais appelés à ce prononcer sur ce traitement réservé à l’un des leurs. Ne pas réagir face à de telles attaques reviendrait à tacitement approuver ces insultes et à désavouer Gaëtan Ayami après que les communautés qu’il représente lui ont lâchement tourné le dos. Une réponse forte est nécessaire pour condamner fermement les propos d’Oligui Nguéma et défendre l’intégrité de Gaëtan Ayami.

Lire aussi:  Oyem : L'accueil du président Oligui Nguema par l'A.T.O.O.N. fait débat

Il est clair que ces attaques ne sont pas seulement dirigées contre un individu, mais représentent également une menace pour la démocratie et les droits des citoyens à exprimer leurs opinions librement. La réaction de RÉAGIR et d’Alternance Gabon 2023 revêt donc une importance cruciale dans la défense des principes démocratiques et des valeurs fondamentales de justice et d’égalité au Gabon.

Devant les propos d’une telle gravité émanant de l’autorité suprême, le parti politique RÉAGIR au sein duquel milite Gaëtan Ayami et toute la plateforme Alternance Gabon 2023 pour laquelle il a été investi candidat unique aux Législatives au 2e arrondissement de la Commune de Moanda doivent réagir. Pourquoi ? Parce que ne pas réagir voudrait dire qu’ils cautionnent de tels propos et enverrait un message aux populations de Moanda qu’ils ont voulu envoyer un « voyou » et un « déstabilisateur » les représenter à l’Assemblée Nationale.

Lire aussi:  [Urgent] Ernest Gaëtan Ayami rasé et détenu à la DGR de Franceville

Il reste donc à savoir si les cadres et les militants de ces formations politiques nommées au sein des institutions et administrations de la Transition pourront avoir assez de cran pour sortir du silence et commenter ces faits.