Widget de Message Déroulant
Bienvenue sur Funny Gabon. Bonne navigation !

Ce samedi 10 février restera gravé dans la mémoire de nombreux candidats inscrits au concours de l’École Nationale d’Art et de Manufacture (ENAM) au Gabon, mais pour les mauvaises raisons. En effet, plusieurs centaines d’aspirants fonctionnaires ont été empêchés de composer en raison d’absences de leurs noms sur les listes officielles, ce qui aurait conduit les organisateurs à leur refuser l’accès aux salles de composition.

Une séquence vidéo, devenue virale sur internet, montre une jeune gabonaise, improvisée en reporter, témoignant de la situation désastreuse devant les portes des salles de composition. Les candidats, désemparés, ont dû errer dans la cour du centre d’examen, en attendant une résolution heureuse de cette confusion.

Lire aussi:  [Scandale] Concours de police : La publication des résultats truqués suscite la colère des candidats

La jeune femme qui commentait la vidéo a exprimé ses inquiétudes quant à la possibilité pour les candidats refoulés de composer dans une salle annexe. Elle craint que leurs copies ne soient pas prises en compte ou pire, qu’elles ne finissent par « servir à faire les feux de camp » dans ce lieu désigné comme une église catholique.

Cette situation a suscité l’indignation de l’opinion publique, d’autant plus que l’inscription à un concours au Gabon exige la présentation de documents légaux et la délivrance d’un reçu. Les erreurs grotesques commises par l’omission de certains noms laissent planer le soupçon d’une intention délibérée visant à écarter certains postulants.

Lire aussi:  [Urgent] Les admis au concours de l'IEF-PR invités à déposer une lettre de confirmation avant jeudi

Quoiqu’il en soit, les frais de participation à ce concours sont non remboursables, ce qui ajoute une dimension tragique à ce scandale. Les candidats, victimes de cette négligence administrative, voient leurs efforts et leurs aspirations réduits à néant.

Ce fiasco soulève des questions sérieuses sur la compétence et l’intégrité des organisateurs du concours, ainsi que sur la transparence du processus de sélection. Les autorités compétentes sont appelées à enquêter sur cette affaire et à prendre des mesures pour garantir que de telles erreurs ne se reproduisent plus à l’avenir. En attendant, les espoirs de centaines de jeunes sont brisés, dans un scénario rocambolesque qui laisse un goût amer dans la bouche de toute une nation.

Lire aussi:  Concours de police truquée : la manifestation des candidats vire au vinaigre


En savoir plus sur Funny Gabon

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.