Dans un acte de désapprobation sans précédent, les habitants de Moanda, dans la province du Haut-Ogooué au Gabon, ont exprimé leur colère à l’encontre du député de la Transition, Alexandre Awassi, ainsi que de Leod Paul Batolo, l’administrateur directeur général du Groupe Comilog/Eramet. Les événements ont eu lieu lors de la visite récente du président de la Transition, Brice Clotaire Oligui Nguema, dans la région, le vendredi 9 février 2024.

Les jeunes de la ville ont fait entendre leur voix de manière véhémente, rassemblés en masse sur le bord de la route, scandant des slogans tels que « Awassi voleur, Batolo voleur » et un troisième dont le nom n’est pas perceptible dans la séquence vidéo parvenue à la Rédaction de Funny Gabon. Ce geste fort vise à publiquement désavouer ces personnalités et à dénoncer leurs actions présumées dans la région.

Lire aussi:  Creol: « Ça ne va pas ... Des personnes censées protéger la population tirent sur elle ... Sont-ils des vrais Gabonais ? »

Cette manifestation spontanée reflète un profond mécontentement parmi les habitants de Moanda, qui estiment que leurs représentants politiques et économiques ne les servent pas adéquatement. Les accusations de corruption et d’abus de pouvoir semblent peser lourdement sur Awassi et Batolo, suscitant la colère et la frustration des citoyens.

La visite officielle du président de la Transition, Oligui, aurait dû être l’occasion de renforcer les liens entre les dirigeants et la population locale. Cependant, elle s’est transformée en une scène de protestation et de désillusion, mettant en lumière les tensions sous-jacentes et les défis auxquels est confrontée la région.

Lire aussi:  «Koukoumélé», le coup de gueule de Meiway aux Présidents africains resté sans écho

Alors que les voix des manifestants résonnent dans les rues de Moanda, cette démonstration publique de mécontentement soulève des questions cruciales sur la légitimité et la responsabilité des élus et des dirigeants économiques. Elle met également en évidence la nécessité d’une plus grande transparence et d’une meilleure gouvernance pour répondre aux préoccupations légitimes des citoyens.

Lire aussi:  Les proviseurs sommés de mobiliser les élèves pour la tournée d'Ali Bongo

Dans l’attente de réponses concrètes de la part des autorités et des personnalités visées, les habitants de Moanda continueront probablement à faire entendre leur voix et à exiger des comptes de la part de ceux qui sont censés les représenter et les servir.