Dans une vidéo diffusée en début de semaine, Éric Otsétsé, activiste politique et membre éminent de la société civile gabonaise, a exprimé ouvertement ses critiques à l’égard des récentes nominations du président de la Transition, Brice Clotaire Oligui Nguéma. Ses propos sans détour ont soulevé des questions cruciales sur la direction politique du pays, accusant implicitement l’influence néfaste de l’entourage présidentiel.

Dans son allocution, Otsétsé a dénoncé ce qu’il qualifie de « restauration des PDGistes », faisant référence au Parti Démocratique Gabonais, au pouvoir pendant des décennies. Selon lui, les récentes décisions présidentielles ne font que perpétuer les pratiques du passé, au détriment de la véritable restauration démocratique tant espérée.

Lire aussi:  Francky Meba Ondo nommé Conseiller en Communication : Une reconnaissance pour son engagement civique

Cependant, peu de temps après la diffusion de cette vidéo, Otsétsé aurait été appréhendé par les autorités de la police judiciaire, et depuis, aucune nouvelle de lui n’a filtré. Ses proches s’inquiètent et dénoncent une arrestation arbitraire, pointant du doigt une répression croissante contre la liberté d’expression au Gabon au moment où l’on chante « l’essor vers la félicité ».

Les téléphones d’Otsétsé restent injoignables, alimentant les craintes quant à son sort. Sa famille et ses soutiens appellent à sa libération immédiate et inconditionnelle, soulignant son engagement en faveur du progrès démocratique et des droits fondamentaux au Gabon.

Lire aussi:  [Star] Sadio Mané solidaire aux populations sénégalaises opprimées

En cette période où la liberté d’expression est plus que jamais cruciale pour la démocratie, il est impératif que les autorités gabonaises garantissent le droit à la libre expression et à la critique politique, en libérant Éric Otsétsé et en assurant sa sécurité.

Nous espérons vivement que la situation d’Éric Otsétsé se résolve rapidement et qu’il puisse retrouver sa famille et ses proches dans les plus brefs délais.

Lire aussi:  [Sénégal] Ousmane Sonko: Dans la peau de Dominique Strauss-Kahn