Le sport, souvent considéré comme un moyen d’unir les peuples et de promouvoir la solidarité, est devenu le théâtre d’une controverse socio-politique lors de la seconde demi-finale opposant les Eléphants de Côte d’Ivoire aux Léopards de la République Démocratique du Congo. En effet, la Confédération Africaine de Football (CAF) a délibérément censuré les images des supporters congolais exprimant leur soutien aux victimes des massacres à Goma, à l’Est du pays.

Tout au long du match, les caméras ont omis de montrer une seule image des tribunes occupées par les fervents supporters des Léopards. La raison en est claire : ces derniers arboraient des pancartes et portaient des T-shirts délivrant un message poignant au monde entier sur la situation désastreuse qui sévit dans leur pays, dans une indifférence apparente.

Lire aussi:  [Officiel] RDC vs Gabon : Le match décalé à 21 heures

Cette censure a déclenché un torrent d’indignation parmi les populations congolaises et les sympathisants de la RDC, déjà éprouvées par une situation sécuritaire précaire et dégradante. Pour beaucoup, cet acte de la CAF est perçu comme une tentative de dissimuler la réalité brutale et de réprimer la voix des victimes et de leurs défenseurs.

Lire aussi:  Football et ingérence politique en Afrique subsaharienne: tour d'horizon

Alors que le football devrait être un espace où les voix peuvent être entendues et les injustices dénoncées, cette censure met en lumière les défis persistants auxquels sont confrontés ceux qui tentent de sensibiliser le monde aux souffrances et aux injustices. En fin de compte, cette controverse soulève des questions cruciales sur le rôle du sport dans la sensibilisation aux enjeux sociaux et politiques, ainsi que sur la responsabilité des organisations sportives internationales de préserver la liberté d’expression et de donner une voix à ceux qui en ont le plus besoin.

Lire aussi:  [Officiel] La CAN 2023 en Côte d'Ivoire décalée en 2024