Dans un acte révoltant contre la liberté d’expression, Bruno François Bidjang, jeune journaliste courageux et engagé de « Vision 4 », a été arrêté pour avoir osé dénoncer la flambée des prix du carburant au Cameroun. Cette arrestation, survenue après que Bruno a partagé ses préoccupations légitimes sur les réseaux sociaux, soulève des questions alarmantes sur l’état de la démocratie et des droits de l’Homme dans le pays de Paul Biya.

Le groupe de médias « L’Anecdote », dirigé par Jean Pierre Amougou Belinga, a choisi de se désolidariser de Bruno Bidjang, ajoutant ainsi à la pression injuste exercée sur ce journaliste intègre. Alors que Jean Pierre Amougou Belinga a appelé à une enquête, il est difficile de ne pas voir cette action comme une tentative de museler la voix de ceux qui osent parler au nom du peuple camerounais.

Lire aussi:  [Dermatologie] Comment reconnaître une personne qui kwanze* de près ou de loin sans prise de tête.

La situation est d’autant plus alarmante que Bruno risque de perdre son emploi pour avoir simplement exercé son devoir de journaliste en informant le public sur une question cruciale affectant la vie quotidienne de tous les Camerounais. Dans un pays où la politique semble s’immiscer dans tous les aspects de la société, il est impératif de protéger ceux qui osent défendre les intérêts du peuple.

Lire aussi:  Les Pharaons domptent les Lions et les renvoient dans la tanière

Alors que Bruno a passé sa première nuit derrière les barreaux, il est décevant de constater le manque de solidarité de la part de ses concitoyens. Sa dénonciation courageuse de l’augmentation du prix du carburant devrait être applaudie, pas réprimée.

La Rédaction de Funny Gabon exprime son soutien sans équivoque à Bruno Bidjang. Sa détention arbitraire est une grave violation des droits fondamentaux et constitue une atteinte à la liberté d’expression dans un pays déjà en proie à des tensions socio-politiques. Nous exhortons les autorités camerounaises à libérer immédiatement Bruno et à respecter les principes démocratiques auxquels tout citoyen a droit.

Lire aussi:  Après s'être fait arrosé d'injμres, Embolo punit doublement les Lions (In)domptables