Ce mercredi à 21 heures, les projecteurs se sont braqués sur le duel épique entre la République démocratique du Congo et la Côte d’Ivoire dans la deuxième demi-finale de la soirée. Mais au-delà du match, ce sont les gestes des joueurs congolais qui ont captivé l’attention du public.

Dès le début de la rencontre, l’équipe nationale de football de la RDC a offert un spectacle poignant plein d’émotions en entonnant la première partie de leur hymne national d’une manière peu conventionnelle. Avec une main à la bouche en forme de muselière et l’autre sur la tempe mimant le geste d’un pistolet, les joueurs ont voulu passer un message au monde entier. Un geste symbolique qui résonne avec force.

Lire aussi:  Une ambassadrice perd ses bagages à l'aéroport et accusent les Kinois ... à tort

Mais ce n’était pas seulement un geste de célébration sportive. Les joueurs ont également arboré un brassard noir en hommage aux victimes du massacre de Goma, dans l’Est de la RDC qui subit actuellement les attaques du M23. C’est un geste poignant qui témoigne de leur solidarité envers les atrocités subies par leur communauté.

Lire aussi:  Les Panthères seront-elles battues sur tapis vert ? La FÉCOFA plaint le mutisme de la FÉGAFOOT

Ce geste chargé de sens exprime un message profond : « On nous tue, mais personne n’en parle ». Les joueurs congolais ont ainsi utilisé leur plateforme pour attirer l’attention sur les souffrances et les injustices qui perdurent dans leur pays, malgré leur engagement sur le terrain de football.

La Rédaction de Funny Gabon tient à exprimer sa solidarité à la communauté RD Congolaise dans cette période difficile. À travers leur geste, les joueurs de la RDC ont rappelé au monde entier que le sport peut être bien plus qu’un simple divertissement, mais aussi un moyen puissant de transmettre des messages et de susciter la réflexion sur les problèmes sociaux et politiques qui affligent nos sociétés.

Lire aussi:  [Urgent] L'ambassadeur d'Italie en RDC trouve la mort dans une attaque au Nord-Kivu

Ce moment restera gravé dans les mémoires comme un exemple de la façon dont le sport peut être utilisé pour inspirer le changement et promouvoir la justice sociale.