Libreville, Gabon — Le quartier PK 12 à Libreville est encore sous le choc suite à l’atroce viol et meurtre de la petite Mbouzanga Ngoye Laïka Divine, une jeune fille de 11 ans. Le drame s’est déroulé le dimanche 17 décembre 2023, jetant sa mère, Christelle Nyomba, dans un abîme de douleur.

Christelle qui gère un dépôt de « Moussoungou », une boisson local, est alertée vers midi sur la disparition de sa fille. Elle rentre à la maison et demande à son demi-frère Eddy avec qui elle partage la même cour. Celui-ci le le renvoie chez un autre voisin plus bas qui dit ne pas avoir vu la victime depuis le matin de ce dimanche.

Lire aussi:  ? [Urgent] Un homme tue ses trois enfants dans une église puis se suicide

En revenant, Eddy se propose alors d’amener sa demi-sœur où l’enfant se trouverait. Fait curieux, il l’amène loin de la maison dans une zone déserte et la fait courir sur plusieurs mètres avant de s’évanouir dans la nature. Les riverains qu’elle a croisé disent tous ne pas avoir vu Eddy et lui conseillent plutôt à la mère éplorée de rentrer.

Lire aussi:  Libreville : Elle poignarde son bébé parce que le gars veut rompre [images]

En rentrant chez elle, elle trouve Ediego Jeannette, mère du présumé meurtrier et sa fille Mbangou Austine (dite Flora) avec le corps de l’enfant nue dans les bras. Elles l’auraient déposé à même le sol près de la maison de la mère et sont reparties s’enfermer dans leur maison sans dire un mot.

Christelle va alors appeler au secours et les voisins venus à la rescousse vont constater à la surprise générale que la petite Divine est décédée. En plus d’être nue, elle aurait aussi perdu quelques tresses dans la chambre de son agresseur. La mère affligée a relaté les faits dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:  Port-Gentil : Un homme de 60+ ans accusé de viol sur une fillette de 7 ans libéré après 10 jours de détention provisoire

La communauté, surtout la famille, confrontée à une telle tragédie, espère que la lumière sera faite sur ce crime odieux et que le présumé meurtrier répondra de ses actes devant la justice. Une affaire qui soulève des questions cruciales sur la sécurité des enfants et la nécessité d’une réponse judiciaire rapide et équitable.