Libreville, le 18 décembre 2023 — Aujourd’hui, la célèbre chanteuse Patience Dabany sera entendue par la Direction Générale des Contre-Ingérences et de la Sécurité Militaire du Gabon suite aux injures proférées dans une note vocale WhatsApp à l’endroit du Président de la transition, Brice Clotaire Oligui Nguéma.

L’incident a débuté lorsque Patience Dabany a été empêchée de rendre visite à son fils, Ali Bongo, actuellement retenu dans sa résidence de la Sablière par ordre du Président de la transition. Des sources indiquent que des échanges verbaux houleux ont eu lieu entre la chanteuse et les autorités, aboutissant à sa convocation.

Lire aussi:  Oligui Nguema traité de «chien» et de «voleur» par la mère d’Ali Bongo

Brice Clotaire Oligui Nguéma aurait pris cette décision en raison de prétendues injures proférées par Patience Dabany à son encontre. Les motifs exacts de ces prétendues injures n’ont pas été divulgués, mais l’incident a suscité l’attention et soulevé des questions quant à la liberté d’expression et au secret de correspondance dans le contexte politique actuel du Gabon.

Lire aussi:  [Musique] Décennie de la femme: les carrières artistiques féminines passées au peigne fin

La Direction Générale des Contre-Ingérences et de la Sécurité Militaire appelé communément « B2 » n’a pas encore commenté officiellement l’affaire, mais des observateurs notent que cette convocation souligne la tension politique persistante dans le pays. Les prochains développements de cette affaire seront suivis de près, alors que les partisans de Patience Dabany expriment leur inquiétude quant à d’éventuelles restrictions de liberté d’expression en soutenant que ces injures ont été tenues dans un cadre privé et que Patience ne devrait pas être tenue responsable de la divulgation de ces échanges.

Lire aussi:  Patience Dabany entame un mouvement d'humeur devant la résidence d'Ali Bongo à la sablière

Affaire à suivre pour des mises à jour ultérieures.