Annoncée depuis plus de deux mois maintenant, c’est finalement ce mercredi 6 décembre 2023 que le Général Brice Clotaire Oligui Nguema, Président de la transition du Gabon a rencontré Paul Biya. Alors que des rumeurs faisaient écho d’un refus du nonagénaire de recevoir le tombeur de son ami Ali Bongo, les deux hommes seraient parvenus à un accord.

Tandis que le magazine Jeune Afrique parle d’une « discrète entrevue », Radio France International (RFI) révèle que le tête-à-tête entre Paul Biya et Brice Clotaire Oligui Nguema, point d’orgue de cette visite éclair du président de la transition et chef de l’État gabonais au Cameroun, a duré un peu plus de deux heures. Les deux hommes d’État, selon une source à la présidence camerounaise, avaient manifestement à se dire. Mais au sortir de cette longue audience, Brice Clotaire Oligui Nguema n’a fait aucune déclaration.

Lire aussi:  Après s'être fait arrosé d'injμres, Embolo punit doublement les Lions (In)domptables

Quelques indiscrétions glanées dans l’entourage du président Paul Biya ont laissé entendre que la situation interne au Gabon, depuis la chute le 30 août d’Ali Bongo Ondimba a fortement préoccupé le président camerounais. Brice Clotaire Oligui Nguema est revenu sur les motivations qui ont conduit au coup de force et présenté les axes de travail de la transition qu’il conduit jusqu’à l’organisation des prochaines élections démocratiques dans ce pays.

Lire aussi:  [Urgent] Samuel Éto'o élu à la tête de la FECAFOOT

Le président camerounais se serait aussi préoccupé de la situation du président déchu et de ses proches, selon une source de Jeune Afrique. D’après Boris Bertolt, journaliste, écrivain, chercheur, activiste politique et lanceur d’alertes camerounais : « Paul Biya a demandé et obtenu de Brice Oligui Nguema le président de transition au Gabon, avant leur rencontre l’accord de principe pour la libération de Sylvia, l’épouse d’Ali Bongo et de leur fils, Nourredin Bongo ». Une déclaration corroborée par les articles un peu évasifs de Jeune Afrique et de RFI.

Lire aussi:  Steve Fah traîne Maahlox devant la justice camerounaise

Sur Facebook certains Gabonais réagissent : « Les accords du Palais d’Etoudi risquent de mettre fin aux espoirs que certains compatriotes fondent sur le CTRI », déclare un socionaute avant-gardiste. Oligui Nguema va-t-il gracier Sylvia Bongo Ondimba et Nourredin Bongo Valentin et les laisser sortir du pays comme d’autres avant eux ? En tout cas, au Gabon, toute vérité commence toujours une rumeur comme l’exfiltration de Lee White, l’ancien ministre des Eaux et Forêts qui séjournent désormais en Ecosse, son pays d’origine.

Source : RFI