Des images insolites sont devenues virales sur les réseaux sociaux ce jour. Marie-Joséphine Kama, plus connue sous le pseudonyme Patience Dabany, mère d’Ali Bongo Ondimba déchu, observe un mouvement d’humeur solitaire devant la résidence privée de son fils à la sablière.

Ali Bongo a été putsché hors du palais présidentiel le 30 août dernier et placé en résidence surveillée, avait annoncé la junte au pouvoir. Seulement quelques jours plus tard, il a été déclaré libre de tout mouvement avec possibilité de se rendre à l’étranger pour subir des soins médicaux. Il a plus opté de rester et d’apporter son aide aux autorités de la transition. En homme libre, il reçoit régulièrement les émissaires des missions diplomatiques étrangères qui viennent s’enquérir de son état de santé et de ses conditions de vies.

Lire aussi:  Oligui Nguema traité de «chien» et de «voleur» par la mère d’Ali Bongo

Mais aussi incompréhensible que cela puisse paraître, Patience Dabany, sa « mère » supposée, fait un sit-in devant la résidence de son fils parce qu’elle est empêchée de le voir. On se demande réellement se qui se passe et qui filtre les visites d’Ali Bongo ? Ce qui se passe au Gabon ces derniers mois est incroyable. Il y a beaucoup de non-dits dans ce qu’on force de faire croire à l’opinion.

Lire aussi:  [Musique] Décennie de la femme: les carrières artistiques féminines passées au peigne fin

Par ailleurs, la question qui taraude désormais les esprits depuis la fuite de ces images est celle de savoir si Ali Bongo est vraiment libre de ses mouvements s’il ne peut pas recevoir la visite de sa propre mère. « Pourquoi a-t-il la possibilité d’aller à l’étranger mais ne peut pas recevoir sa mère ? Au final qui décide des personnes qu’il doit recevoir ? », s’interroge une internaute.

Lire aussi:  Patience Dabany vs Nicole Asselé : le clan Bongo se déchire pour la mairie de Libreville

Aussi, Radio France International (RFI) rapporte que Patience Dabany va souvent donner à manger à son fils. On se demande donc pourquoi cette fois-ci elle serait bloquée au portail, dans l’attente d’une hypothétique autorisation de voir son fils.