Widget de Message Déroulant
Bienvenue sur Funny Gabon. Bonne navigation !

Le 13 novembre dernier, le Comité pour la Transition et la Restauration des Institutions (CTRI) a annoncé le chronogramme de la transition au Gabon. Via le communiqué N°026, le CTRI fixe la durée de la transition à 2 ans et prévoit des élections présidentielles en août 2025 pour marquer le retour à l’ordre constitutionnel.

Cependant, depuis cette annonce, certains individus qui jouissent et d’autres qui espèrent jouir des avantages et privilèges pendant cette transition estiment que 2 ans c’est trop court. Une frange de la population instrumentalisée appelle même le Général de Brigade Brice Clotaire Oligui Nguema à se présenter aux élections présidentielles à défaut de rallonger la durée de transition. Autant de larbineries qui dénotent la non-maîtrise des principes démocratiques dans une République.

Lire aussi:  Oligui Nguema traité de «chien» et de «voleur» par la mère d’Ali Bongo

En effet, il faut retenir que lorsqu’il y a coup d’état, la Constitution est suspendue et le pays rentre en « situation irrégulière » puisque ne remplissant plus les exigences démocratiques et républicaines qui garantissent sa souveraineté. Le retour à l’ordre constitutionnel après un coup d’État revêt donc une importance cruciale pour plusieurs raisons, tant sur le plan national qu’international. Voici quelques points clés :

1. Légitimité démocratique

Le respect de l’ordre constitutionnel garantit la légitimité démocratique. Les constitutions sont souvent le produit de processus démocratiques et représentent la volonté du peuple. Un retour à ces principes aide à rétablir la légitimité du gouvernement.

2. Stabilité politique

L’ordre constitutionnel fournit un cadre stable pour la gouvernance. Les institutions constitutionnelles et les mécanismes démocratiques contribuent à éviter les crises politiques et à maintenir la stabilité à long terme.

Lire aussi:  Les dessous de la visite de Brice Oligui Nguema à Malabo

3. Protection des droits fondamentaux

Les constitutions énoncent généralement les droits fondamentaux des citoyens. Le retour à l’ordre constitutionnel garantit la protection de ces droits, promouvant ainsi la justice et l’équité.

4. Crédibilité internationale

Les gouvernements légitimes, conformes à l’ordre constitutionnel, sont plus susceptibles de bénéficier de la confiance et de la coopération de la communauté internationale. Cela favorise les relations diplomatiques et la participation aux institutions internationales.

5. État de droit

Le retour à l’ordre constitutionnel renforce l’idée de l’État de droit. Cela signifie que tous, y compris les gouvernants, sont soumis à la loi. Cela contribue à prévenir l’arbitraire et à instaurer un climat de confiance dans le système juridique.

6. Prévention des conflits

La restauration de l’ordre constitutionnel contribue à prévenir les conflits sociaux et politiques. Elle offre un cadre institutionnel pour résoudre les différends de manière pacifique et démocratique.

Lire aussi:  Oligui Nguema est-il « aux ordres » de Sassou Nguesso ?

7. Légitimité interne

Un gouvernement qui revient à l’ordre constitutionnel peut gagner en légitimité aux yeux de sa population, renforçant ainsi la confiance des citoyens dans leurs institutions et leurs dirigeants.

En somme, le retour à l’ordre constitutionnel est essentiel pour la stabilité, la légitimité démocratique, la protection des droits fondamentaux et la prévention des conflits, tant au niveau national qu’international. Les transitions démocratiques pacifiques et constitutionnelles sont généralement préférables pour favoriser le bien-être des sociétés et la coopération internationale bien au-dessus des avantages personnels.


En savoir plus sur Funny Gabon

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.