Widget de Message Déroulant
Bienvenue sur Funny Gabon. Bonne navigation !

Le porte-parole du Ministre Délégué à la Présidence, chargé de la Défense Nationale est apparu à la télévision nationale au sujet de la mort du compatriote Karl Stécy Angoué. Une sortie très décriée car la tutelle, connue pour ses pratiques, essaie de blanchir les coupables tapis dans ses rangs. Réactions !

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons suivi le communiqué du Ministère de la Défense Nationale relatif au décès de notre jeune compatriote Karl. En effet, pour le Ministre de tutelle, Karl est bien décédé par des coups donnés par des inconnus en uniforme militaire et « encagoulés ». Pourtant, deux chaînes de télévision, à savoir TV+ Afrique et Gabon 24, ont couvert cette actualité en se rapprochant des proches du défunt, lesquels ont eux-mêmes été appréhendés par ces mêmes éléments cette nuit-là selon leurs dires.

Lire aussi:  [Urgent] Recherché pour le meurtre d'un commerçant à Acaé

Jamais, à aucun moment, les témoins, et potentielles victimes (dans l’attente d’une plainte), n’ont fait mention d’hommes « encagoulés ». C’est leur transition, ils vont encore se cacher de qui ? Trouvons donc où se trouve l’erreur. Cette communication délibérément assumée par le gouvernement de transition ne touche pas les objectifs visés notamment pour rassurer les populations que nous sommes.

Bien au contraire, elle sème un grand doute sur un manque de volonté à traiter une affaire selon la rigueur de la Loi. C’est comme si des militaires cités dans une affaire publique bénéficient automatiquement d’un traitement particulier alors que la justice doit être manifestée de façon équitable dans un pays comme le Gabon. Et il y a pire. La communication autour de cette affaire nous rappelle finalement d’autres précédentes affaires notoirement connues sous le régime déchu du PDG telle que la fusillade des jeunes au PK7 pendant le concert des casseroles en 2021 par « un escadron de la mort » et dont les enquêtes ont eu des issues mitigées.

Lire aussi:  Rennes : Un Gabonais de 32 ans poignarde un artisan français dans le dos

L’émissaire du Ministre de la Défense a affirmé que « ces personnes qui ont battu Karl étaient encagoulés et que si il s’avère que ce sont des militaires, ils répondront de leurs actes devant la justice ». Pour commencer, nous ne voulons plus des enquêtes qui commencent médiatiquement pour apaiser les tensions et qui n’aboutissent jamais. Il ne faut pas que le CTRI fasse dans la continuité des pratiques du PDG.

Nous sommes en période de couvre-feu. Dès 24 heures, les check-points sont opérationnels et les patrouilles aussi. Il est impensable qu’un groupe de personnes autre que des éléments des Forces de Sécurité et de Défense puissent circuler librement au delà des heures du couvre-feu sans être interpellés par une patrouille ou à un check-point. La thèse des « inconnus encagoulés » n’est pas plausible encore moins l’argument d’un groupe de civils ou de bandits qui semererait le trouble dans la ville. Cela ne ferait que renforcer l’inefficacité des services de sécurité gabonais.

Lire aussi:  Agressé à l'ambassade du Gabon en France, Christian Rekoula a été évacué vers un hôpital

Si même pendant le couvre-feu des personnes peuvent mettre les uniformes militaires et s’encagouler pour venir tuer des citoyens innocents à coup de chevrons et de lattes dans les quartiers, c’est que les Gabonais ne sont pas en sécurité. Cette communication déculpabilisante et déroutante ne vise qu’un seul objectif : dégager la responsabilité des militaires gabonais dans la mort de Karl. Ce n’est certainement pas une enquête sans suite qui va restaurer le climat de confiance et de paix au sein de la société.


En savoir plus sur Funny Gabon

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.