Widget de Message Déroulant
           
Communiquez sur Funny Gabon à partir de 10.000 FCFA. WhatsApp : +241 74 31 61 14

Paul Biyoghe Mba, Premier Ministre d’alors, a déclaré en 2009 que « l’Etat [est] propriétaire des terres, personne ne peut s’opposer à ses décisions. » Si la terre appartient à l’État, pourquoi l’État est le plus grand locataire et débourse des milliards de francs CFA chaque année pour loger le gouvernement et les institutions de la République dans les bâtiments privés ?

En théorie, tout ce qui relève de la politique immobilière de l’Etat devrait aboutir au service spécialisé dans les questions immobilières et domaniales, la Direction Générale du Patrimoine de l’Etat (DGPE). Rappelons que celui-ci ne manque pas de personnel, puisqu’il comporte plusieurs dizaines d’employés. En outre, lorsque les administrations prennent à bail un immeuble situé dans le parc locatif privé, l’avis de ce service est toujours requis afin de valider le contrat. Théoriquement donc, la DGPE contrôle, informe et conseille les ministères sur la politique locative. Mais en réalité, il n’en est rien.

Lire aussi:  CNAMGS : Une fraude de plus de 65 millions découverte

Il est inconcevable que des sommes faramineuses soient allouées pour financer la construction des écoles, des routes et hôpitaux, mais que pas très grand chose ne soit mis à disposition pour construire les bâtiments qui doivent abriter les différents ministères du gouvernement et les services de l’État. Au Gabon c’est déjà un périple pour localiser tel ou tel autre ministère. Pour certains ministères, la Direction Générale est à la Cité Entranco (Akanda), le service des ressources humaines est au port d’Owendo.

Lire aussi:  [Bon à savoir] Non, le CTRI n’est pas l’État gabonais !

D’après les données financières, 22 milliards de FCFA par an est l’exorbitante somme déboursée par le gouvernement gabonais, dans la location des bâtiments administratifs. Ce chiffre qui dépasse largement le budget dédié à la location de ces bâtiments, serait plus élevé que celui prévu dans ce cadre, environ 6 fois, selon Sosthène Ossoungou Ndibangoye, Ministre du Budget et des Comptes Publics de l’époque, lors de son passage à Gabon 1ere dans l’émission « Face à Vous » en juillet 2021.

Lire aussi:  L'État ivoirien lance «spacia», une plateforme de signalement des cas de corruption et d'infractions assimilés

Un désordre financier qui doit être discipliné par les autorités de la transition pour un équilibre des finances publiques.


En savoir plus sur Funny Gabon

Subscribe to get the latest posts sent to your email.