L’ancien Ministre des Eaux et Forêts a pris l’avion le 7 octobre, plus d’un mois après le coup d’État qui l’a déchu de son poste. Il a été auditionné à plusieurs reprises par la Direction Générale des Recherches (DGR). Il quitte le pays alors que les enquêtes sont toujours en cours.

Une simple valise cabine à ses côtés, Lee White est assis dans l’un des fauteuils du salon VIP de l’aéroport de Libreville. La photographie, prise à la dérobée et publiée par l’ancien ministre d’État Bruno Ben Moubamba, très actif sur les réseaux sociaux, a largement circulé. Le regard tourné vers son téléphone portable, l’ancien Ministre des Eaux et Forêts ne semble pas inquiet, alors qu’il s’apprête, selon nos informations, à rejoindre Londres.

Lire aussi:  Oligui Nguema traité de «chien» et de «voleur» par la mère d’Ali Bongo

L’ancien ministre des Eaux et Forêts, lors du One Forest Summit, le 1er mars à Libreville. © LUDOVIC MARIN / AFP
L’ancien ministre des Eaux et Forêts, lors du One Forest Summit, le 1er mars à Libreville. © LUDOVIC MARIN / AFP

Alors que plusieurs cadres de l’ancien régime sont annoncés en résidence surveillée, certains sont reçus à tour de rôle au Palais par le Président de la transition Oligui Nguema, sourire aux lèvres. D’autres, en revanche, sont autorisés à quitter le territoire national en catimini alors que des accusations de détournements de deniers publics pèsent encore sur eux.

Lire aussi:  « L'huile c'est l'huile », quand Oligui Nguéma se donne en spectacle dans une supérette

Selon certaines indiscrétions, cette exfiltration justifiée par des soucis de santé serait, en réalité, un « deal » conclu entre le président de la transition gabonaise et le Commonwealth qui s’est montré intransigeant depuis le putsch du 30 août 2023. L’expression « filer à l’anglaise » prend tout son sens.

Lire aussi:  Oligui Nguéma préside un Conseil des Ministres ce mercredi 20 mars avant sa visite à Makokou