Widget de Message Déroulant
Bienvenue sur Funny Gabon. Bonne navigation !

Les élections générales d’août 2023 ont été marquées par une communication outrancière en faveur du candidat Ali Bongo Ondimba. Outre le groupe Gabon Télévisions et l’Agence Gabonaise de Presse (AGP) voués à sa cause, plusieurs médias web ont constitué ces dernières semaines des armes de communication massive et de manipulation de l’opinion. Décryptage.

C’est un grand réseau de propagande politique articulé autour d’une quinzaine de médias web à la tête duquel trône Jessye Ella Ekogha, responsable de la communication de la Présidence de la République et membre du « gang » de Noureddine Bongo Valentin, le fils du président Ali Bongo Ondimba déchu.

Lire aussi:  Gabon Media Time, Échos du Nord, ... payés pour ne plus mal parler d’Ali Bongo

Au terme de nos investigations menées depuis début août, nous vous proposons une liste non exhaustive des médias proches du Parti Démocratique Gabonais (PDG) dont la plupart est gérée par la Présidence de la République Gabonaise et recevait des chèques de Jessye Ella Ekogha et ses collaborateurs. Il s’agit notamment de :

  • La Libreville
  • Medias 241
  • Estuaire Infos
  • Relais Infos Gabon
  • Le Réel 241
  • Gabon Next News People
  • Vox Populi 241
  • Focus Groupe Média
  • La République
  • La Plume Info
  • Gabon National News
  • Convergence Afrique
  • One Gabon
  • Agence Equateur
  • Infos Gabon
  • Gabon Infos+
Lire aussi:  Entre abus de pouvoir et musellement de la presse, le Procureur de la République se goure


Bien d’autres médias web ont été créés très récemment pour faire la propagande politique du candidat Ali Bongo Ondimba. Dans le dernier tournant du scrutin, beaucoup d’entre eux ont reçu des instructions de leur commanditaire pour, d’un côté d’accentuer la polémique autour du supposé enregistrement entre Alexandre Barro Chambrier et Albert Ondo Ossa, tous deux membres de la plateforme Alternance Gabon 2023, et de l’autre de chanter les louanges d’Ali Bongo Ondimba.

Certains médias web apparus très récemment dans le paysage médiatique gabonais et directement administrés depuis la Présidence de la République n’ont plus publié un seul article depuis le retour d’internet. D’autres médias gérés en dehors du « Palais du Bord de Mer » et rémunérés par Jessye Ella Ekogha n’ont juste plus de motivation financière pour poursuivre leurs activités de propagande.

Lire aussi:  «Réfléchir au Gabon, ça fait idiot», dixit Chamberland Moukouama

C’était un réseau de propagande politique bien monté pour manipuler l’opinion publique et la détourner des réels faits de société qui ont émaillé ces élections générales ratées de bout en bout.


En savoir plus sur Funny Gabon

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.