Lohoues Yedmely Emmanuella dite Emma Lohoues, entrepreneure, comédienne, et influenceuse ivoirienne est impliquée dans une affaire d’impayés de loyer. D’après Beaugars-Prince Touré, le prétendu propriétaire, Emmanuella n’aurait pas payé le local de type duplex qui abritait sa holding « Empire 17 » pendant les sept (7) derniers mois.

L’affaire fait grand bruit sur la toile ivoirienne, en particulier et africaine, en général. Emma Lohoues totaliserait sept (7) mois d’impayés du loyer du local qui abritait le siège de son entreprise. L’affaire a été portée sur Facebook par Beaugars-Prince Touré qui se présente comme le propriétaire des lieux et l’accuse, par ailleurs, d’avoir laissé le bâtiment dans un état de vétusté avancé.

Lire aussi:  [Scandale] Elle couchait avec un élève de 14 ans dans sa voiture depuis des mois

Actuellement en séjour au Gabon où elle est apparue en compagnie de Patience Dabany et du côté de la plage du Lycée Nationale Léon Mba profitant de l’air frais, l’actrice a, par voie de son service juridique, publié un communiqué en guise de droit de réponse pour réfuter les allégations contre sa personne et apporter des précisions sur cette affaire qui entache sa réputation.

Lire aussi:  Harold Leckat, un manager « irrespectueux, ingrat et égocentrique » selon un ancien collaborateur

En juin 2020, Emma Lohoues a conclu un contrat de bail pour son établissement commercial. « Le coût du loyer étant fixé à 1 300 000 FCFA, elle reversait, au-delà des conditions d’acquisition dictées par le bailleur, trois (3) mois de dépôt de garantie (caution) et sept (7) mois de loyers en avance, pour un montant total de 13 millions », précise le communiqué du 7 juillet.

Lire aussi:  Sextape: Le censeur du LNLM crie au chantage et dénonce une vidéo truquée. Notre analyse ...

Les internautes reprochent surtout à l’influenceuse d’avoir fait croire qu’elle etait la propriétaire du bâtiment et non la locataire. Une information erronée qui jette le discrédit sur le reste de l’histoire qui fait la une de la presse people depuis la semaine dernière. Pour échapper à ce tollé médiatique accablant, elle s’est exilée un moment à Libreville pour prendre une bouffée d’air frais.